Istanbul by night, source : Pixabay

TURQUIE : L’ELECTORALISME ET SES IMPASSES

Une élection locale vient de se dérouler en Turquie, le 23 juin dernier (2019), qui retentit comme un véritable échec du parti AKP, au pouvoir depuis 2002, et au premier chef de son dirigeant, Recep Tayyip Erdogan. Cette élection aurait fort bien pu ne garder qu’une dimension locale, quoique Istanbul concentre sur presque tous les registres une grande part de la Turquie, mais elle a pris une dimension retentissante, au national comme à l’international, d’une part, car elle a été rejouée et s’est soldée en juin par une défaite majeure (800 000 voix d’écart) alors que le premier tour du 31 mars, signalait encore un revers modéré (13 000 voix d’écart), ce dont le parti au pouvoir n’a pas supporté l’idée (en réclamer l’invalidation s’est avéré un pari dont l’issue a tenu tout le pays en haleine pendant presque deux mois). D’autre part, une polarisation des rapports politiques en interne, assortie d’une personnalisation de plus en plus aiguë autour de l’actuel président de la République, a clairement porté l’enjeu au rang de plébiscite, dans une évolution progressive vers un autoritarisme de plus en plus prégnant. Erdogan allait-il encore pouvoir décider de toute chose comme il avait décidé du refus d’un vote légal, prononcé par une haute autorité sous le prétexte d’une fraude proclamée mais non démontrée? L’électorat accepterait-il à l’avenir de continuer à se soumettre à l’arbitraire croissant d’un chef de plus en plus autocratique?

Il est intéressant de voir comment cette défaite locale, reçue comme un soulagement, a tout de suite valu non comme une simple alternance du pouvoir municipal d’Istanbul mais comme le terme d’un cycle, les prémices d’une chute, le dérèglement définitif d’un mode de gouvernement qui avait autoritairement réussi à capter tous les circuits du pouvoir et voulait proroger son avantage en faisant table-rase d’un acquis politique républicain.

L’analyse que nous proposons ici, veut montrer, à partir de quatre concepts, comment à l’aide d’un recours répétitif et presque forcené à l’échéance électorale, l’AKP a voulu bousculer l’équilibre institutionnel vers l’établissement d’un régime présidentiel, comment la réduction progressive de l’enjeu politique à une impérative mais simple occupation du pouvoir a provoqué le recours à des pratiques d’alliance politique qui ont transformé les exigences autrefois partisanes et idéologiques des acteurs représentatifs; et comment, à la clef, surtout depuis les deux élections de 2018 et bien sûr lors du doublé de la dernière municipale de 2019, l’électorat kurde, pendant longtemps volontairement ignoré de tous et exclu a priori de toutes les combinaisons envisagées, se trouve devenir aujourd’hui un arbitre de plus en plus indispensable à la victoire politique et se voit convoité en tant que tel. Un enchaînement des choses qui pourrait être prometteur en termes de démocratie…

L’addiction à l’échéance électorale

L’électoralisme semble consubstantiel à la présence de l’AKP au pouvoir, à sa chronologie, à son mode de mobilisation et à sa quête de légitimité.

Si l’on fait le compte des élections marquant l’occupation du pouvoir par l’AKP depuis 2002, on en recense 17 en 17 ans, sans compter une petite élection partielle en 2003, qui rompt alors le bannissement subi par Erdogan et le remet en selle, immédiatement éligible au poste de Premier ministre. Bien sûr, ces élections ne s’enchaînent pas d’une année sur l’autre; certaines années doublent les scrutins, mais leur fréquence reste assez resserrée pour maintenir le pays dans une mobilisation perpétuelle avec, constamment en ligne de mire, une échéance qui vaut pour enjeu prioritaire et finit par faire l’essentiel de l’actualité politique du moment.

Ce n’est pas seul le nombre qui compte mais aussi les genres de scrutins qui ont été démultipliés. A la série classique des élections législatives (générales) et municipales, l’AKP a rajouté des référendums (2007, 2010, 2017) puis l’élection présidentielle, rendant par referendum (2007) cette dernière soumise au suffrage universel d’abord à un tour puis à deux tours. Il a aussi modifié, par le même référendum la durée des mandats, diminuant celui des députés à 4 ans et celui du président de la république à 5 ans – et donc rééligible -, ce qui accélère automatiquement la rotation. Signalons enfin qu’à son accession au pouvoir en 2002, l’AKP faisait grande promesse de respecter les périodes légales et de ne plus esquiver, tels ses prédécesseurs, les mauvais bilans dont tout élu est redevable au peuple, à coup d’élections anticipées.

Au départ, il a de bonnes raisons de miser sur cette carte. Et la première d’entre elles est que, dans un régime laïc où la ligne d’un parti religieux est inacceptable, l’élection est le moyen le plus sûr non seulement de faire enregistrer sa présence mais de faire reconnaître une victoire et de la rendre incontestable. Pour comprendre la validité de ce raisonnement tenu en 2002, il faut remonter à une date antérieure. Celles des élections municipales d’avril 1994 qui voit, à l’immense surprise générale, le parti religieux Refâh (Refâh Partisi) gagner les deux municipalités les plus sécularisées de la Turquie, à savoir Ankara et Istanbul. Notons au passage qu’Erdogan devient alors super-maire d’Istanbul et commence là sa carrière politique en tant qu’élu, gestionnaire astucieux et médiateur habile entre tradition et modernité. Cette victoire, acceptée parce qu’elle était locale, ne fut bientôt plus tolérée lorsqu’elle devint générale c.a.d législative, en décembre 1995 (victoire du Parti Refâh qui arrive en tête avec 21% des voix): empêché, il n’accède au pouvoir qu’en juillet 1996 pour en être déchu par une intervention militaire fin février 1997, alors qu’il est un pouvoir légalement élu, encore détenteur d’une majorité parlementaire. En 2002, pour l’AKP, fils prodigue mais néanmoins successeur du Refâh, non seulement il s’agit de conserver l’acquis de la victoire – jouer la carte européenne est alors d’une grande opportunité -, mais il s’agit aussi de pouvoir pérenniser cet acquis, autrement dit se préparer à multiplier au maximum l’exercice.

Une deuxième raison existe en 2002 (elle fonctionne jusqu’en 2007-2008): celle de jouer la carte d’une pluralité foncière de la société turque, brandie contre une bureaucratie installée dans ses privilèges que l’élection de 2002 bouscule dans toutes ses ramifications partisanes; celle de contourner un Etat laïc, kémaliste et autoritaire, en s’ouvrant directement à des alliances périphériques inédites, conclues directement au sein de la société civile (démocratie directe, démocratie participative, garantie des libertés individuelles et collectives) et capables de mener une critique fondamentale contre un Etat fonctionnant à partir d’un système clientéliste opaque. Le programme est alors celui d’une réforme établie à partir d’un consensus social (toplumsal mutabakat). L’AKP est directement concerné surtout sur le volet d’une expression confessionnelle, pour laquelle il revendique une pleine liberté. La référence démocratique vaut donc alors pour une nécessité[1] d’une grande actualité dans le discours de l’AKP, qui s’agrège ainsi d’autant mieux à une démarche européenne. « Que les critères de Copenhague deviennent ceux d’Ankara » professe alors Erdogan. Le respect de la pratique électorale y est un gage d’honnêteté tout autant qu’un avertissement à la tentation des militaires de tout renversement.

Une troisième raison existe, moins avouable. C’est que la victoire de l’AKP, pendant longtemps n’est pas absolument complète et que son obtention du pouvoir y est en partie usurpée. Prenons le cas de la première victoire de 2002. L’AKP triomphe avec 34,3% des suffrages, qui lui donnent pourtant presque 66% des sièges au Parlement. L’événement vaut alors pour tous comme une victoire sans appel, toutes les anciennes formations partisanes s’y retrouvent laminées et l’AKP a bien désormais toute liberté de faire la politique qu’il décide, ce qu’il proclame hautement. Mais cette victoire est due à une contrainte pesant depuis 1982 sur le décompte des votes, refusant la moindre représentation à une formation qui n’atteint pas le seuil de 10% des voix. La victoire échoit alors au suivant, si tant est que sa formation a bien dépassé le seuil. En 2002, seuls deux partis dépassent le barrage. Cette disposition est jugée par tous les démocrates comme injuste, et l’AKP est le premier à en réclamer l’abolition. Il n’en fera rien. Tout au long des années qui suivent, le score du parti monte certes en puissance mais peine à atteindre les 50%. Sa deuxième victoire est saluée lors des municipales de 2004: il la remporte avec 41,67% des voix. Il y a là un réel challenge de légitimité, même si de tels scores résultent aussi du système d’élection à un tour . Même la grande victoire des législatives de 2011, qui consacre la reconnaissance de sa supériorité électorale car elle s’inscrit dans une progression continue, s’arrache avec 49,83% des voix, encore en dessous du seuil. Ce n’est qu’aux référendums, (2007, 2010) portant sur des questions institutionnelles, que le seuil est vraiment dépassé (57,8 au premier et 68,9 au second), et ceci ne reste pas sans effet. En fait, la victoire de l’AKP repose surtout sur le fait qu’il obtient la plus forte minorité, face à d’autres minorités qu’obèrent désormais les relents du passé.

Il existe une autre raison plus conjoncturelle de s’en remettre aux élections, c’est la rupture qui s’opère au cours des deux années 2007-2008, dans l’équilibre des opinions. Alors que, depuis 2002, tout le monde respecte le verdict du changement de 2002 et l’irruption d’un outsider dans un jeu politique jusque-là bien balisé, que le gouvernement nouveau réussit à avoir bonne presse autant en interne que sur l’arène internationale et européenne, que les réformes multiplient les progrès démocratiques, que les bilans économiques et financiers se purifient des turpitudes du passé et qu’un consensus général s’accorde sur un certain succès de l’expérience, des élections présidentielle puis législatives, venues pourtant à échéance normale, vont en 2007, renverser le cours des choses. On se doutait de la probable reconduction d’une majorité AKP aux législatives mais les élites laïques vont buter sur l’inacceptable anticipation d’une victoire présidentielle[2], pourtant logique à partir du moment où le président est élu par la Chambre. Elles vont multiplier alors les chausses-trappes, les menaces y compris de l’armée, les détournements du droit, des règlements voire les obstructions parlementaires, universitaires et autres, pour faire échouer l’inéluctable; au point que le déroulement des élections s’en retrouve inversé et que Erdogan s’y voit, à son point de vue, dans l’obligation de manipuler le calendrier. Au solde, l’AKP gagne bien sûr les législatives et se trouve en position de force pour nommer un président, de son camp.

Mais à partir de là, la guerre est déclarée[3], et là où l’AKP première manière jouait la carte d’une ouverture démocratique, il se resserre désormais sur son public propre, essentiellement conservateur, – donc religieux – qu’il va désormais démarquer et mobiliser dans sa démarcation pour confirmer sa présence et sa primauté, celle que lui confèreront de fait les législatives de 2011. Il sait que les anciens tenants du régime n’ont pas dépassé leurs doutes; il ne peut en attendre ni conciliation ni reconnaissance de ses succès, il doit en fait attaquer de front les dispositifs de résistance de l’ancien régime. Pour ce faire, l’obtention dès 2007 de la présidence de la République (Abdullah Gül, en poste jusqu’en 2014) lui est d’une grande utilité, puisque, de par la constitution de 1982, la présidence procède in fine aux nominations des plus hautes fonctions administratives. Il suffit de procéder avec méthode. Mais le processus d’une polarisation de la vie politique est entamé: l’AKP travaille désormais pour son camp et contre ses opposants, dans tous les secteurs qu’il peut contrôler, des municipalités vers les sphères centrales du pouvoir, des provinces vers les métropoles.

Enfin, dernière raison de tenir aux élections, elles lui permettent de se référer en permanence à la démocratie, dont il tire sa légitimité.

La présidentialisation du régime républicain

Sans entrer dans le détail de la chronologie de cet affrontement – à savoir la mise au pas progressive des universitaires, la pression sur la presse et des journalistes, l’audacieuse inculpation de milieux militaires (Ergenekon entre 2007 et 2009 puis Balyoz en janvier 2010), la réforme de la nomination des juges (succès du référendum de 2010) et globalement de la bureaucratie, ce qu’il va progressivement réaliser avec l’aide précieuse et infiltrée de son allié Gülen[4] – il faut noter que la consécration que lui apporte le verdict des urnes en 2011 (nous en sommes à la huitième consultation), ouvre sur plusieurs itinéraires. Elles proclament d’abord l’ouverture d’une troisième législature, remportée dans une progression constante, phénomène inédit dans l’histoire politique turque et aune de sa domination absolue de la scène politique. Elles s’assortissent d’une contrainte démocratique qui modifie les perspectives: l’AKP interdit à ses élus de dépasser trois mandats, entendons donc aussi que Erdogan, Premier ministre élu par la Chambre, ne peut plus donc se succéder à lui-même. Enfin, ces élections ouvrent sur une période théoriquement vide de consultation électorale de 3 ans, jusqu’au dispositif bien calibré d’élections municipales et puis présidentielle, pour la première fois tenue au suffrage universel à un tour, tout cela en 2014, suivies des législatives en 2015.

En fait, la présidentialisation connaît une élaboration assez lente, mais d’un point de vue électoral, elle apparaît directement contraignante car elle induit forcément une modification de la constitution et les votes qui la rendent possible. Le thème apparaît dès la campagne de 2011mais il n’est pas très théorisé. Il met en avant l’efficacité d’une action politique, la cohérence d’options gouvernementales, la concentration de la prise de décision et l’élimination de la série d’intermédiaires qui, prenant voix au chapitre, ralentissent souvent le train des réformes nécessaires. L’idée est celle d’une gouvernance fluide et partant plus performante. En 2011, le débat manie toujours l’idée d’une constitution « civile », au premier chef non militaire, que l’on pourrait entendre comme démocratique[5] mais on constate alors beaucoup d’obstacles et de revirements mis à sa définition et à sa rédaction. On sait aussi le dialogue avec l’Europe presque rompu. Confondre ses adversaires consiste aussi à se replier sur des fondamentaux de plus en plus nationaux.

Une de ses sources de la perspective présidentialiste est bien sûr la polarisation dont on parlait plus haut, en ce sens que le gouvernement devient partial, privilégie sa relation avec ses partisans, fonctionne sur un cercle de clients qui le soutiennent et vers lesquels en échange il pratique une large redistribution ou, selon les cas, ouvre des marchés ou des opportunités. Les recommandations moralisantes scandent d’abondance ce resserrement des positions. Une autre source relève d’une situation internationale qui donne alors à Erdogan la possibilité d’apparaître comme un leader entreprenant, capable de faire entendre sa voix. Deux éclats publics contre la politique israélienne (en 2009 à Davos et en 2010, affaire Mavi Marmara) lui donnent coup sur coup une aura internationale que répercutent bientôt les printemps arabes (2010-2011) et la révérence que feront certains dirigeants (Tunisie, Egypte, Yémen) aux succès du leader turc, encensé pour sa capacité à concilier islam et démocratie, tradition et modernisation, progrès et démilitarisation du pouvoir politique. Ces événements accréditent un charisme auquel une diplomatie turque reformulée propose une nouvelle dimension, celle du néo-ottomanisme[6]. Mais, notons que la polarisation est là aussi présente, en ce sens que le tournant se joue d’abord au Proche Orient et se mobilise, dans une dynamique anti-israélienne, sur la promotion du rôle civilisationnel et culturel de l’islam auquel le monde arabe, alors en effervescence, est sensible. Le « discours du balcon » d’Erdogan, qui accompagne la victoire de 2011 est sur ce point instructif. La reconduction de l’AKP y est présentée comme une victoire de tous les peuples musulmans dans une capacité que les élections turques leur révèle de prendre leur sort en mains[7]. Mais la crise syrienne vient assez vite brouiller le message.

En interne, l’imprécision de la proposition accompagnée d’un leadership de plus en plus invoqué, va bien sûr générer des critiques et il est intéressant d’observer que, dans cet imbroglio, une répression frappe assez rapidement les forums où la question de la démocratie est discutée. Il faut préciser ici que la question kurde et ses possibles solutions occupent alors les esprits. Nous y reviendrons un peu plus loin, mais disons dès maintenant que cette question est pour tous les intéressés au cœur du débat démocratique car il s’agit de penser à la fois l’acceptation d’une altérité dans un cadre national plutôt ombrageux et les ouvertures démocratiques nécessaires à la réaliser (reconnaissance des langues kurdes, de leur enseignement et leurs usages publics, des modes de vie, prise en compte des discriminations sociales, économiques, culturelles existantes), question qu’il s’agit aussi de sortir du bourbier de sa syntaxe terroriste, incarnée par le PKK. L’AKP est lui aussi conscient de l’importance de cette question et en 2009, pour la première fois un responsable étatique (Abdullah Gül) en évoque la teneur et l’urgence. En 2011-12, le flottement est d’autant plus grand que des pourparlers secrets ont été entamés en Norvège par le gouvernement, mais ce n’est pas encore public. Pourtant, la répression vise certains forums, des étudiants, des intellectuels, des universitaires (Busra Ersanli, Ragip Zarakoglu), pas forcément kurdes ni militants mais qui se saisissent de cette question pour interpeller le pouvoir sur la question de la démocratisation, thématique qui devient manifestement nocive au projet présidentiel.

Cette séquence sans élection s’avère une période noire pour le pouvoir qui se voit contesté de plusieurs côtés, dont la fameuse révolte de Gezi, en mai-juin 2013, sorte de Commune libre d’Istanbul qui dure quelques semaines, déclenche une répression policière outrée, invente de nouvelle formes de résistance et signe une nouvelle forme de contestation de discrédit, par la mise en exergue de la duplicité du discours gouvernemental, éthique en surface et mercantile en dessous. Une autre contestation lui succède immédiatement (décembre 2013), plus incisive, provenant de l’intérieur du système, fomentée par celui qui figurait jusque-là un facilitateur fondamental de l’action gouvernementale, un auxiliaire discret mais performant qui avait mené à bien l’audacieuse mise en accusation des milieux militaires – jusqu’à provoquer l’incarcération d’un ancien chef d’Etat-major, autrement dit circonvenir le saint des saints -, à savoir le groupe Gülen qui, misant sur l’effet délétère de Gezi et certaines divergences au sein de l’AKP, attaque cette fois le système au cœur, jette soudain, d’abord par des inculpations émises par ses procureurs puis à coups de divulgations d’enregistrements pirates téléphoniques, de messages internet, de révélation de dossiers, un opprobre ravageur sur les corruptions et les prévarications internes non seulement au parti, au gouvernement mais dans l’entourage même de Erdogan.

Commence alors, en riposte fulgurante, une valse effrénée de mutations, de révocations, de mises à pied (15 000) au sein même d’un Etat volontairement infiltré mais soudain devenu félon, où justice, police, administrations se retrouvent soumises à une véritable chasse aux sorcières. L’AKP y place cette fois son propre contingent, et à la polarisation se surajoute désormais le complotisme qui dénonce à l’envi une vaste opération de déstabilisation orchestrée de l’extérieur (Occident? CIA? Europe?) qui viserait à ruiner les acquis récents de la transformation nationale et à reprendre au peuple ce que l’AKP lui a accordé. Le discours se fait de plus en plus acerbe. Erdogan y développe la posture du tribun indomptable, qui apostrophe, invective, incrimine et demande des comptes. Le projet présidentiel disparaît derrière l’acrimonie; on en retient de plus en plus une tonalité qui porte une dérive despotique. C’est l’époque où l’on parle d’une “poutinisation” du régime.

Après ce déluge de remises en cause, les échéances électorales apparaissent pleines de suspens. Pourtant, les municipales d’avril 2014 n’entachent aucunement la domination AKP dans les collectivités locales; là où on pensait Istanbul devenue contestataire, rien ne change. Et l’élection présidentielle d’août livre le succès incontestable d’Erdogan (51,79%). Celui-ci change donc enfin de stature, il abandonne la charge de la conduite directe de la politique mais y place un fidèle second, chargé de vanter la présidentialisation et de préparer l’étape suivante, celle d’une victoire si brillante de l’AKP aux prochaines législatives, qu’elle lui permettrait le passage de la réforme constitutionnelle par un vote du parlement à la majorité des 2/3, plus confortable qu’une consultation nationale sous forme de référendum. A noter à propos des présidentielles, le résultat prometteur d’un nouvel acteur politique kurde, Selahettin Demirtas, promu co-président du HDP en juin 2014, qui, avec 9,76% des suffrages, double le score habituel recueilli auprès de l’électorat kurde et frôle désormais le seuil fatidique des 10%[8].

Le pouvoir est aux aguets et l’enjeu présidentiel, prioritaire, avance un peu plus vers sa conclusion. Dans le débat affleure toujours plus la question kurde, dont on connaît désormais l’existence de pourparlers, où le leader Öcalan, de sa prison, parle cette fois de déposer les armes, propose la paix et offre enfin des perspectives de règlement durable. Cette question kurde se charge aussi d’une dimension régionale proche-orientale, d’une part, car se met en place une tentative de fédérer en Syrie du nord diverses populations arabes, turkmènes, kurdes, autour d’un projet d’autodétermination (Rojava) plus ou moins inspiré du PKK – que la Turquie dénonce -, d’autre part, car, en Irak, l’Etat Islamique (Daech) s’est installé sur un vaste territoire, a pris en otage le consulat turc de Mossoul (juillet 2014), a asservi et massacré des populations yézidi, sauvées pour certaines in extremis par une intervention du PKK (août) saluée internationalement. Il attaque aussi en octobre la ville de Kobane, en Syrie du nord, à la frontière kurde, sans que la Turquie, qui filme, bouge le petit doigt. L’épisode est sauvage, voit une intervention inattendue des USA en faveur des Kurdes et se solde par une victoire des groupes armés kurdes du PYD: il fait vibrer l’actualité en Turquie comme ailleurs. En interne, le gouvernement turc ne peut ignorer les espoirs de paix et travaille encore à la conclusion d’un accord de paix qui dessine ses contours dans une réunion paritaire en avril 2015 (accord de Dolmabahçe). Las! Erdogan y met soudain son véto. En fait, pour reprendre la formule d’Ahmet Insel, Erdogan se retrouve au milieu du gué, il le lit aux sondages: ses ouvertures envers la cause kurde lui font perdre les voix des nationalistes et des conservateurs. Dans le challenge présidentiel, il ne peut se le permettre.

Dans ce contexte, les élections législatives de juin 2015 marquent le premier échec de l’AKP. La campagne, comme de juste a surtout porté sur Erdogan et sa conception du pouvoir, les attaques ont été acerbes. Avec 40,87% des suffrages, le recul de l’AKP est sévère, il perd sa majorité parlementaire et se trouve face à une opposition dominante, où le parti kurde HDP fait sa première entrée au parlement avec 13,12% des suffrages et y gagne 80 députés, mobilisés à entamer tous les débats nécessaires. Le jeu est à refaire. Erdogan laisse s’épanouir les désaccords des opposants entre eux, son gouvernement propose certes des formules de coalition mais, à aucun moment, le président ne fait appel à un leader d’opposition pour tenter de former un cabinet. Il joue sur l’intuition que ni les nationalistes ni les kémalistes ne feront alliance avec un parti kurde, et sur le fait qu’à deux, s’ils arrivent à s’entendre, ils ne seront pas majoritaires. En réalité, Erdogan attend de provoquer une reconvocation électorale, qu’il fixe en novembre de la même année. Il manipule cette fois ouvertement le calendrier (elle sera la douzième).

La pratique des alliances

Désormais, le processus se fait dans l’urgence et laisse apparaître une simplification de l’enjeu qui se résume, on s’en doute, l’installation d’Erdogan dans sa réorganisation institutionnelle autour du projet présidentiel. Se fait alors jour un dispositif nouveau, à l’initiative d’un de ses opposants les plus acerbes, pourtant paritairement vainqueur du verdict oppositionnel de juin 2015 avec 16,29% des voix, à savoir que renversant ses positions, le parti ultra-nationaliste MHP en la personne de son chef Devlet Bahçeli, conclut une alliance avec Erdogan, lui proposant en cela une victoire arithmétique.

Les conséquences de ce retournement sont multiples. La première est qu’un accord se fait très vite avec cet allié sur la carte sécuritaire et passe par une stratégie de diabolisation de la revendication kurde, laquelle ne figure bientôt plus que comme logique terroriste; elle déclenche rapidement dans les villes du sud-est, les ripostes succédant aux provocations[9], les exactions de milices policières recrutées hors dispositif par le gouvernement[10], frisant des opérations de guerre civile. L’armée n’y est pas mobilisée. En cinq mois, certains quartiers urbains y deviennent des champs de ruines, à l’instar des images de la Syrie voisine. La seconde est que cette mobilisation sécuritaire autour de l’ordre public s’avère efficace puisqu’au final, elle ramène presque 10% de voix supplémentaires à l’AKP, lui fait donc gagner les élections, même si le score de 49,50% reste tangent. C’est une victoire assistée (l’allié MHP obtient 11,90%) où le parti kurde, certes en recul réussit néanmoins à maintenir sa présence au parlement avec 10,76%. La troisième est qu’elle précipite le virage nationaliste d’une formation, ou plutôt du discours de ses leaders, qui était jusque-là plus religieuse que chauvine, mais qui, faisant cela, grignote même en novembre de 5% le score de son nouvel allié. Enfin, au sein du MHP, elle précipite une scission interne qui va scinder le parti en deux formations concurrentes, polarisées chacune d’elle essentiellement à partir de son positionnement face à Erdogan.

La question kurde restant clivante et sa manipulation efficiente, la démonstration en est faite. Reste, dans ces conditions, à poursuivre la modification constitutionnelle.
C’est là que se recombine le mécanisme du maintien au pouvoir d’Erdogan, à savoir que les calculs strictement partisans tendent à perdre de leur importance face à une réévaluation infléchie à partir des courants de pensée. La nouvelle donne part du fait qu’on dénombre désormais dans le pays trois composantes d’opinion. D’abord, un contingent conservateur, largement majoritaire, évalué de 60 à 65% qui regroupe, dans un grand éventail, les milieux nationalistes, religieux, bourgeois jusqu’aux partisans du libéralisme entrepreneurial, en gros du centre droit à l’ultra-droite. Face à lui, estimé autour de 25-30%, héritier de la construction kémaliste, un camp républicain, sécularisé sinon laïc, éduqué, urbanisé, se disant éventuellement de gauche, regroupé par défaut autour d’un parti kémaliste CHP et qui oppose aux conservateurs de tout poil sa dimension modernisante: en bref, les Turcs blancs. Enfin, oscillant un peu au-dessus de 10% et à l’occasion grossi de l’ultra-gauche, de milieux libertaires ou d’intellectuels démocrates etc., on trouve un courant kurde, principalement mu jusque-là par une revendication ethno-culturelle, particulariste et dont il n’est pas certain qu’il soit complètement autonome du PKK. Entre ces courants se comptent nombre d’incompatibilités: les milieux sécularisés ne s’entendent pas avec les religieux, les modernistes avec les traditionalistes, les cosmopolites européanisés avec les idéalistes chauvins, les Kurdes reprochent aux kémalistes les nombreuses opérations d’éradication ethnique (1925, 1930, 1938) et s’opposent aux Turcs xénophobes, les kémalistes, adeptes de la centralité étatique, rejettent les porteurs de tout particularisme, la gauche s’oppose à la droite, le centre aux marges etc.

Reste, pour Erdogan, à mettre cela en musique électorale, à orchestrer les oppositions et les concurrences – la polarisation, les semonces, les interpellations sont là importantes -, misant sur le fait que les conservateurs ne rallieront probablement jamais les kémalistes ni un courant kurdiste, que les nationalistes, qui ont pu dans le passé être parfois compatibles avec les kémalistes, s’en démarquent désormais; reste le danger que les deux derniers camps puissent se rejoindre sur une vague idée de gauche mais on sait qu’un passif historique et récent les divise, lequel est loin d’être résorbé. Erdogan peut jouer de ces dissensions dès lors que Bahçeli, par son revirement, en actionne le mécanisme, sachant pour sa part tout l’intérêt que peut tirer une formation minoritaire positionnée dans une posture d’appoint indispensable, d’autant qu’il est sous la menace d’une contestation interne voire d’une scission. Et il est instructif de voir comment dans ce ballet, Erdogan met tous ses efforts à faire du CHP séculariste son interlocuteur exclusif, le stigmatisant d’une manière critique mais le désignant en cela comme son unique challenger, sûr qu’il est que, sans prise sur les conservateurs, il ne sortira jamais de sa situation minoritaire. Par contre, il néglige totalement de dialoguer avec d’autres et encore moins avec les Kurdes qu’il ostracise. Dans ce cas, la présidence vaut bien d’arborer parfois le signe des Loups Gris (signe de ralliement des ultra-nationalistes qu’Erdogan accepte désormais de faire).

Il faut rajouter à ce décor un événement, dont Erdogan dira qu’il est un cadeau de Dieu, à savoir un coup d’Etat manqué, opéré le 15 juillet 2016, coup d’Etat militaire ou bien religieux, et peut-être les deux… L’armée et le groupe Gülen sont immédiatement et concurremment dénoncés comme les auteurs de l’attentat contre la république. Ce coup qui a réveillé les mauvais rêves du passé, permet à Erdogan de se présenter comme une victime et de remobiliser toutes les formations politiques autour de la défense d’un régime civil en danger. Faisant de ses partisans les « gardiens de la démocratie », il insiste alors sur l’impératif de stabilisation et en profite pour faire accepter quelques mesures de restriction.Une répression immédiate s’abat sur tout le pays[11], l’état d’urgence est proclamé quatre jours après, le pouvoir législatif passe au gouvernement qui fonctionne alors à coup de décrets-lois, l’autorité se retrouve toute entre les mains du président, afin de renforcer le rassemblement national autour « d’une nation, d’un Etat, d’une patrie et d’un drapeau ».

En octobre 2016, il fait voter par tous les partenaires le principe de la levée de l’immunité pour tout député placé sous le coup d’une mise en accusation. Au tournant de l’année, il peaufine, à travers les travaux d’une commission parlementaire pluripartite les termes d’une présidentialisation qui serait une sauvegarde supplémentaire. Pour l’occasion, le projet présidentiel est mieux détaillé dans un texte qui amende la constitution en cours (celle de 1982). Le président de la république fonctionne entouré d’un cabinet, sorte de gouvernement réduit et fonctionnel composé de ministres, doublé d’un comité d’experts qui lui est propre, qui constitue le vrai centre de décision. Il est secondé par un vice-président nommé et révoqué par lui. Il n’y a plus de premier ministre. Le président détient le pouvoir exécutif et le gouvernement fonctionne par décret. Il y a un parlement élu, étendu à 600 sièges qui a pour principale travail d’élaborer le texte des lois, dont le président a l’initiative et sur lesquels il dispose d’un droit de veto. Le parlement a encore un pouvoir budgétaire mais le président y a le dernier mot. Il n’a plus de dimension de représentation, captée par le président à l’occasion de son élection au suffrage universel, désormais à deux tours. Le parlement ne dispose plus ni de la motion de censure ni du vote de défiance, il ne peut donc plus faire tomber un gouvernement. Par contre, le président peut le dissoudre à discrétion. Ce dernier propose les lois, la tenue des référendums, il dissous, convoque le Parlement et peut décider de nouvelles élections où présidentielles et législatives sont maintenant alignées. Il a toute latitude sur l’ouverture d’un état d’exception et d’urgence, au cours desquels les lois peuvent limiter les libertés fondamentales. Il nomme bien sûr aux plus hautes fonctions. Et ce système présidentiel très tarabiscoté s’intitule officiellement « système présidentiel de type turc » car le président n’y est plus arbitre mais il est aussi réinvesti comme chef de son parti, conçu comme forcément majoritaire et constamment mobilisé autour de lui. Un accord général est trouvé en janvier 2017, par une majorité des 2/3, pour opérer 18 modifications au texte de la constitution et pour programmer le référendum pour avril. Notons que le tournant obtient alors la caution de l’opposition, hormis celle du HDP dont 11 députés sont déjà sous les verrous. Dans cette atmosphère de « patrie en danger », l’alliance du MHP est capitale: elle garangit l’adoption au parlement de la procédure de référendum.

Mais le contexte post-coup d’État tend progressivement les rapports, car il libère un penchant liberticide qui vise à encore plus concentrer la polarisation autour deux adversaires exclusifs: ceux qui ont soutenu le régime pendant l’épreuve (encensés et commémorés comme des martyrs, des vainqueurs!) et ceux qui, par accord, par inaction, ont laissé faire. Erdogan n’aura de cesse de pousser tout un chacun à prendre position, tirant de là une répartition encore plus abrupte des alliés et des opposants. Le groupe Gülen, conspué désormais comme « Etat parallèle », est certes le premier mis à l’index, mais on lui assimile bientôt le PKK, tous ses sympathisants déclarés ou masqués; et de fil en aiguille, on construit tout un camp de la traîtrise que grossit en outre une série d’opposants grands et petits, dont on veut faire exemple. On crée pour cela un terme nouveau, FETÖ, contraction infamante de Fethullah Gülen et Öcalan.

A partir de là, les succès antérieurs ne suffisent plus, il faut gagner avec 50% + 1 voix, c’est le nouvel impératif électoral, en phase avec un enjeu présidentiel, et le référendum prend là forcément des allures de plébiscite. De la présidentialisation, on passe objectivement à une personnalisation du pouvoir que la répression ambiante pare d’inflexions autocratiques[12] . Et dans ce trop plein de pression, la consultation débouche certes sur la victoire mais acquise de très peu (51,41% avec un écart d’1,3 millions de voix sur un total de votants de 47,5 millions) dont les résultats, un peu manipulés par des réglementations de dernière minute, instillent le doute[13]. L’apport du MHP, que l’on évaluait à 12%, aurait du s’ajouter aux 49% voix de l’AKP de la dernière élection; il n’en est rien. On s’aperçoit que es grandes villes boudent le projet présidentiel. Voire, l’AKP est en retrait dans certains de ses fiefs traditionnels, islamistes. Comme par réflexe, Erdogan évoque aussitôt l’organisation d’un autre référendum, sur la question de la réintroduction de la peine de mort.

Cette demi-victoire ou ce demi-échec du référendum est en fait le tournant à partir duquel les options vont se re-différencier. Dans le calendrier électoral, il y a à nouveau un trou de 2 ans, jusqu’en novembre 2019. Mais, soit qu’il est pressé soit qu’il doute, soit que l’affaire syrienne rendent les choses plus incertaines, Erdogan va en avril 2018 décider impromptu de tenir des élections anticipées législatives et présidentielle en juin suivant, imposant un délai très court de 67 jours à leur préparation.

Cette précipitation va se révéler une aubaine pour l’opposition. C’est alors que vont devenir d’actualité les jeux ou plutôt les nécessités d’alliance. En fait, la tendance suit plusieurs formes mais le processus, tel qu’il est conduit désormais, est inédit; il donne lieu à une élaboration entre tous les partenaires, un peu compliquée mais il pose des bases d’accord, des sortes de plate-formes, crée des discussions et opère des enjambements parfois saugrenus, au-delà des postures traditionnelles. Face au bloc de l’Alliance républicaine (Cumhur Ittifaki)[14] réunie autour d’Erdogan (AKP + MHP + BBP) se dessine une réplique, elle aussi sous l’appellation d’alliance, Alliance nationale (Millet Ittifaki) de 4 partis, qui cherche à faire bloc, ce qu’elle n’atteindra qu’imparfaitement. Les formations pro-kurdes y seront laissées à la marge.

Les arguments d’un tel dispositif sont, d’une part, l’expérience ratée de juin 2015 qui, sans la trahison du MHP, aurait pu changer le cours politique, d’autre part, la courte majorité du référendum qui peut se lire comme une faiblesse de l’attelage AKP/MHP, enfin l’idée qu’après 17 ans de règne le parti au pouvoir a sans doute épuisé ses réserves de promesses enchantées. Mais, au-delà d’un rejet de la personne d’Erdogan, un point d’ancrage commun semble bien émerger: c’est le sauvetage désormais urgent du système parlementaire, la restauration du rôle de l’assemblée nationale et de sa fonction de représentation populaire. Face à des élections anticipées d’une année, qui laissent peu de temps pour s’organiser, s’affiche aussi pour chacun l’insuffisance de toute réponse qui resterait isolée.

La mise place d’une alliance d’opposition va passer par des étapes parfois imprécises, mais elle donne lieu à des configurations inédites.
Une difficulté réside dans le fait qu’il s’agit d’une double élection, présidentielle et législative, tenues le même jour, d’où saille surtout le premier enjeu, présidentiel, plus spectaculaire, plus simple à suivre et correspondant mieux à la fois à la forte personnalisation du pouvoir engendrée par le style Erdogan. Or ces deux élections sont différentes. La présidentielle se joue au suffrage universel, pour un mandat de cinq ans et pour la première fois sur deux tours, ce qui démultiplie automatiquement les calculs quant aux combinaisons possibles voire nécessaires d’un second tour. Six candidats concourrent, dont une femme et un candidat kurde incarcéré. En revanche, les législatives restent sur le modèle connu du suffrage universel à un tour, avec une double répartition des voix, à partir des circonscriptions et par redistribution nationale des voix restantes (système de Dondt), pour un mandat de quatre ans. Ce second scrutin butte toujours sur le barrage des 10%, en-deçà duquel une formation voit tous ses suffrages annulés au profit du candidat suivant. Il y a eu plus de 50 millions de votes comptabilisés, exprimés dans plus de 180000 bureaux de vote, pour élire un président et 600 députés.

Une certaine confusion résulte du fait que les partis se présentent à la fois coalisés et indépendants. D’un côté, l’alliance républicaine (Cumhur Ittifaki) présente pour la présidentielle un candidat commun (Erdogan) à trois formations mais individualise à nouveau les campagnes pour les législatives; la deuxième, l’Alliance de la Nation (Millet Ittifaki) après avoir débattu, sans trouver d’accord, d’une possible candidature commune[15], conserve le principe d’une indépendance des candidatures présidentielles et a fortiori législatives. Mais elle annonce dès le début de la campagne, un accord, qui fut effectivement acté, autour des mesures indispensables à prendre en urgence et en commun dès l’ouverture de l’Assemblée Nationale, pour désarticuler au plus vite le système AKP. Cette entente entre concurrents différenciés est immédiatement perçue comme une conciliation inédite entre des formations qui restent néanmoins concurrentes et comme une capacité nouvelle de faire basculer le vote. En outre, l’innovation d’un deuxième tour de la présidentielle introduit forcément des perspectives d’alliances futures, en tous cas de négociations sur les reports de voix. Quatre partis s’alignent donc sur une plate-forme où cohabitent ensembles les républicains kémalistes du CHP, le Saadet Partisi islamiste, ancêtre de l’AKP, le Demokrat Parti, ancien vivier du centre-droit, y compris le Iyi Parti (Bon parti) formation ultra-nationaliste mais en rupture avec le parti initial qui, lui, soutient Erdogan. De cet éventail, le parti pro-kurde HDP est exclu par ostracisme de la part du Iyi Parti – conforme à sa culture xénophobe et globalement anti-kurde- ce qui en limite donc la portée. Le HDP combat donc seul.

Autant on peut noter le saugrenu des alliances, autant faut-il noter celui des mésalliances. En plus de la coupure en deux du courant ultra-nationaliste évoquée plus haut, il est intéressant de voir les responsables du Saadet Partisi, héritiers tout autant qu’Erdogan du Refâh Partisi, pieux militants historiques, entrer en lice contre lui avec, en plus du discours moralisateur adressé à un fils dévoyé sur la perte des valeurs et le lent glissement vers l’affairisme, la volonté proclamée de sauver la démocratie parlementaire comme seul refuge de la liberté des expressions. Plus largement, le camp islamiste paraît dans son ensemble bien fragmenté, entre un AKP en majesté mais dénoncé pour ses prévarications, l’ignominie déclarée de son vieux complice le groupe Gülen dont les restes sur le territoire national, sans doute encore fort nombreux, restent silencieux, harcelés aujourd’hui avec la plus grande haine, et ce vieux parti Saadet de Karamollaoglu auquel la récente campagne a redonné des couleurs mais dont le score restera très modeste. Notons aussi qu’au-delà d’une éventuelle candidature de Gül qui n’a pas aboutit, c’est dans les rangs cette fois des républicains laïcs que s’est présenté un autre fondateur de l’AKP, élu aujourd’hui, à sa décharge, dans la pieuse ville de Konya.

L’efficacité de ces alliances est elle aussi assez surprenante car l’écart entre les résultats des deux élections est important.
Pour les présidentielles, concourues par 6 candidats, la victoire d’Erdogan est nette avec 52,58% des voix, suivi avec un score flatteur, depuis longtemps oublié, du candidat kémaliste, Muharrem Ince, avec plus de 30% des voix. Les autres candidats sont loin derrière, ce qui doit s’interpréter au regard d’un deuxième tour. Probablement, les ententes tissées entre les formations d’opposition ont dès le premier tour conduit à un déplacement des voix vers un vote utile, dès lors que certains challengers ont semblé ne pas faire le poids nécessaire à un deuxième tour – le candidat kurde Demirtas régresse à 8,36% – : là, c’est la volonté de faire ployer Erdogan qui a joué [16]. Par contre, les scores législatifs de ces deux formations de tête sont nettement inférieurs à ces chiffres et indiquent une toute autre tendance. Ainsi, au-delà d’une victoire absolue, l’AKP signe en fait un de ses plus mauvais score avec 42,56% (- 7,1% depuis novembre 2015) avec 295 députés qui ne lui donnent plus la majorité absolue. Ses suffrages baissent dans 71 provinces par rapport à novembre 2015, même s’ils augmentent dans 20 d’entre elles; Erdogan lui-même régresse dans 23 provinces, ce que compense largement sa victoire dans 58 autres. Le principal challenger, le CHP, pourtant fier de ses 30% à la présidentielle, touche lui aussi son plus mauvais score avec 22,64% des suffrages et 127 députés. Ainsi, le résultat global doit être reformulé: si Erdogan a gagné, l’AKP est devenu avec 42% l’otage des 11,70% de son allié MHP qui lui donne sa majorité et lui a offert la présidentialisation. La frange nationaliste dissidente, se retrouve pour sa part doublement affaiblie et du report de ses votes présidentiels et de son faible score législatif. Elle ne passe pas le barrage des 10% mais sauve quelques députés par le fait qu’ils sont élus dans le cadre de l’alliance nationale. Autre curiosité des résultats, l’AKP enregistre quelques beaux progrès dans le sud-est, dans des bastions fortement tenus par le vote kurde (Tunceli, Kars, Bitlis, Şirnak, Hakkâri). Pour sa part, le parti kurde, affaibli aux présidentielles, rétablit son potentiel pour passer encore le barrage et obtient 11,52% aux législatives. Nouvel ingrédient du vote kurde, plus que dans les provinces à proprement kurdes, celui-ci se renforce plus dans les régions de l’ouest du pays dont Istanbul, là où un discours d’intégration dans une nation démocratique semble faire mouche. Et anomalie inédite, 120000 électeurs ont dans le sud-est donné leurs voix aux ultra-nationalistes. On soupçonne cette fois les tribus arabes mais aussi les milices supplétives installées dans ces régions pour y doubler le contrôle policier, d’avoir infléchi les équilibres anciens.

La réforme touche à sa fin, le 9 juillet 2018, Erdogan prête serment en tant que « Président de la République fondateur » devant l’Assemblée nationale et est intronisé dans ses nouvelles fonctions.

L’indispensable électorat kurde

Dernier point de notre démonstration, le fait que l’électorat kurde, tenu longtemps pour négligeable ou peu façonnable, trouve lors des deux derniers cycles électoraux une place de premier rang, ouvertement sollicité. Dans l’arithmétique des élections, il est devenu un segment central sur qui repose une clef de la victoire ou de la défaite.

Plusieurs faits se chevauchent à propos de son évaluation. D’abord, il y a le fait que, vote souvent d’opposition, il a emprunté deux voies différentes qui se rejoignent sur le chargé oppositionnel mais se disjoignent en termes de positionnement politique et partisan. Soit, il s’est prononcé en faveur de la résistance, de la lutte politique, éventuellement du PKK (importance de l’aura du dirigeant emprisonné), et cela a aboutit dès les années 1990, à l’élection de municipalités ouvertement kurdistes, réparties en plusieurs formations, finalement souvent et diversement brimées par tous les tenants successifs du pouvoir central. Et on ne citera pas ici la kyrielle des partis pro-kurdes systématiquement interdits. Ce bloc de résistance est tout à fait identifiable dès l’arrivée de l’AKP en 2002, puisque les élections donnent 13 départements où un parti kurde est majoritaire dont on sait dès le départ qu’il ne pourra dépasser le barrage et n’entrera pas au parlement. L’impact de ce bloc se retrouve par contre bien opératif dès les élections municipales de 2004 et depuis lors. L’autre voie longtemps empruntée par l’électorat kurde est celle du parti islamiste, conservateur bien sûr mais dont la charge oppositionnelle anti-système a toujours été également évidente. Un électorat dont Erdogan s’est ensuite senti l’héritier dépositaire et qu’il a longtemps pensé séduire avec l’argument que Turcs et Kurdes étaient d’abord frères en religion. Cette simplification de la solution a aussi joué dans les hésitations de l’ouverture kurde tentée par l’AKP. Aujourd’hui, on comprend mieux le dilemme posé à Erdogan, qui incarne aussi le pouvoir central.

Un autre fait, esquissé plus haut, est qu’un pouvoir kurde est essentiellement installé dans un espace local ou régional, qu’il pèse certes en fonction décentralisée mais peut paraître marginal en perspective nationale. S’il ne tombe pas directement sous l’accusation de terrorisme, il peut donc être facilement stigmatisé comme périphérique (opérations policières de dévastation après juin 2015) et au besoin décapité. Erdogan l’a bien montré, après les présidentielles de 2014 et le succès de la nouvelle formation HDP, dirigée par Demirtas aux législatives de juin 2015, en mettant ensuite beaucoup de dirigeants du HDP en prison et en plaçant parallèlement nombre de municipalités kurdes sous tutelle.

Nous l’avons dit, la question kurde pèse lourd dans le débat et dans l’enjeu démocratique, elle pose des questions de fond; et c’est une dimension qui a été fort adroitement développée par Demirtas, avocat de son métier, depuis son accession à la tête du HDP, peu avant 2014. Se démarquer du PKK, opter pour le combat politique et le débat, pour la légalité, ouvrir les rangs du parti à des candidats d’autres origines ethniques et d’autres franges minoritaires, confessionnelles ou autres (arméniens, tsiganes, yézidi, alévi). Promouvoir l’égalité homme/femme y compris dans les plus hautes responsabilités et instaurer le système d’une co-présidence automatique à tous les échelons, tout autant d’éléments capables d’innover et d’élargir les enjeux d’un combat pour la démocratie. C’est dans la combinaison de tous ces facteurs que le HDP a sorti les formations pro-kurdes des scores confidentiels qu’elles connaissaient, pour acquérir en tant que formation recomposée et étendue, une audience nationale, susciter les collaborations, faire entrer son parti au parlement et l’y maintenir en tant que groupe parlementaire, promoteur de démocratisation.

Lors des élections de 2018, présidentielle et législatives, un fait intéressant est apparu. Nous avons mentionné plus haut l’isolement du parti kurde durant cette campagne. Ceci appelle aussi quelques commentaires car l”évaluation qu’on peut en faire présente quelques contradictions. L’importance de la question kurde et du vote kurde dans ce scrutin a été vite posée. D’abord à partir du fait cocasse et inédit que le candidat unanimement désigné de ce parti HDP était incarcéré depuis un an sans toujours connaître le motif de sa mise en accusation, et que s’est tout de suite posée la question des modalités pratiques de sa campagne. Ensuite, il est vite apparu évident à tous qu’avec le système du barrage des 10%, une grande partie de l’issue du scrutin et des possibilités qui s’en dégageraient, résulterait de la capacité de ce parti à fixer le vote kurde (parfois pro AKP) et à envoyer des députés au parlement. Un peu plus de 10% des voix équivalait à une soixantaine de députés; au contraire,lui hors circuit, c’est l’AKP qui raflait tout et s’assurait illico une majorité absolue bétonnée, invalidant les latitudes de tous et de chacun. Des recommandations directes d’Erdogan à ses fonctionnaires territoriaux ont d’ailleurs filtré: faire tout pour que le HDP n’entre pas au parlement. Donc, pour tous les concurrents, y compris pour le challenger nationaliste rétif à une collaboration, il devint impératif que, pour construire une opposition consistante au parlement, capable d’honorer les promesses actées en commun, il fallait aider à une mobilisation du vote kurde et s’assurer de ce que ses suffrages se concentrent sur l’HDP. Le candidat du Parti Républicain, d’ordinaire assez peu porté aux ouvertures pro-kurdes, a tout de suite utilisé le filon, affiché son amitié au candidat prisonnier et sa sollicitude pour le sort global des Kurdes, ce qui a certainement joué au second tour du vote présidentiel. De même, les islamistes ont tôt fait de publier un « Rapport kurde » mettant la solution de cette question au cœur de la réconciliation nationale et d’une avancée décisive vers une pleine démocratisation. Tout ceci résonnait fort, opposé à l’expéditive dénégation d’Erdogan toujours répétée selon laquelle « il n’y a pas de question kurde », il n’y a qu’une question de terrorisme. De fait, le HDP a passé le barrage avec plus de 11% et a obtenu le maintien de 67 députés au parlement.

Les choses ont encore évolué lors des dernières municipales d’avril 2019 et ce, de manière originale. Ces élections municipales sont prévues dès la fin de l’échéance précédente, c’est dire que les partis les préparent minutieusement. Là aussi se retrouve la même préoccupation des alliances, mais c’est la première fois que la pratique s’invite aux municipales où quatre partis lient leurs intérêts dans un schéma compréhensible: une alliance du pouvoir (AKP/MHP) et une autre d’opposition (CHP/Iyi Parti). Deux partis restent cette fois à l’écart des combinaisons, le parti kurde et le parti islamiste Saadet. D’autres petits partis se rallient diversement aux grands candidats.

C’est une élection compliquée, combinaison de cinq élections respectives, toutes locales, qui nomment d’abord les super-mairies des super-municipalités ou les présidents de départements, puis les maires des arrondissements, les membres des assemblées régionales, les muhtar (élus locaux de quartier et de villages) et enfin les membres des Conseils des Anciens.

Le parti pro-kurde va choisir de se présenter hors de toute alliance. Il conçoit en cela un scénario original qui va donner à son électorat un poids et une fonction nouvelle. Ce faisant il introduit une incertitude qui va obliger ses concurrents à réviser leurs préparatifs.

Un prétexte est saisi, le fait que la branche nationaliste (Iyi Parti) alliée aux kémalistes de l’opposition, retire sa candidature dans un département (Igdir) pour contrecarrer une victoire probable du parti pro-kurde. A partir de là, le HDP choisit de suivre une stratégie solitaire et différenciée. Dans les grandes métropoles occidentales où sa participation ne ferait pas grand bruit et conduirait à un gaspillage des moyens, il ne présente pas de candidats, et laisse le libre-choix à ses électeurs de s’engager en pleine responsabilité, dans le but ultime néanmoins de la chute du pouvoir dominant, aux accents de plus en plus racistes. Autrement dit, il se positionne dans une optique de quasi-plébiscite où la nomination finale dans les grandes villes comme Istanbul et Ankara équivaut bien à un duel au sommet. Par contre, dans les municipalités du sud-est, celles qu’il contrôle et celles que le renvoi administratif et la nomination de tutelles a confisquées[17], le but est de tout reconquérir et de braver le pouvoir qui a déjà promis de réutiliser le même arbitraire.

Le discours sous-jacent à cette stratégie est innovant. Ne pas lier ces élections à un simple gain de voix dans un cadre strictement local mais se faire, à un niveau politique plus élevé, le porteur de voix de tous les opprimés du régime quels qu’ils soient, minoritaires, femmes, pauvres, leur offrir un moyen de faire pression sur le vote, les autres appareils et le pouvoir en place, les mobiliser et leur donner la possibilité de répliquer aux manipulations et brimades faites pour les dissuader d’aller voter (fermeture de bureaux de vote, transferts d’urnes à un autre lieu, recomposition des listes électorales, procédures de ré-inscription, interférences de plus en plus brutales des préfets, sous-préfets, administrations diverses dans ces manipulations, sans que le Conseil Supérieur des Elections -YSK- y trouve à redire). En fait, il s’agit de valoriser l’importance du vote, en donnant à l’électeur le moyen de redevenir un citoyen à part entière, de réinsérer sa présence individuelle et collective dans l’enjeu politique, de revendiquer un climat de paix sociale au lieu de la guerre intestine entretenue par Erdogan et ses milices, de lutter pour la reconnaissance de ses droits et de son identité spécifique.

Ce repositionnement inattendu du HDP va obliger ses concurrents à refondre leurs dispositifs où alliance signifie non seulement candidatures communes mais aussi désistements ponctuels, au gré des majorités probables que l’absence du HDP recompose. Au final, les alliances couvrent 50 départements pour l’opposition CHP/Iyi Parti et 51 pour celle entre AKP et MHP.

On a dit une non alliance du HDP mais, de fait, le parti pousse indirectement ses électeurs à voter pour l’opposition, le plus souvent le parti kémaliste, ce que Erdogan dénoncera comme une alliance déguisée. Ce n’est qu’à Izmir qu’il déclare ouvertement son soutien au candidat républicain. Quant au parti islamiste, son maintien dans la course a pu passer autant comme un signe de conviction – et de sa proximité à son ancien électorat kurde – que comme l’invitation larvée adressée aux pieux religieux d’abandonner un parti AKP dévoyé. Cette attitude inédite et inattendue, du HDP provoque soudain une grande incertitude, déstabilise les préparatifs entamés et revalorise automatiquement l’importance de ces voix kurdes, au choix bipolaire, et dont on connaît finalement peu la composition et encore moins les capacités de report.

L’autre calcul dans lequel se place alors le HDP est que, dans la situation de crise politique et surtout économique croissante[18] que connaît la Turquie, il mise sur une prochaine consultation législative dès 2021. Il ne pensait pas que la prochaine consultation serait immédiate.

Dans ce qui fut finalement un premier tour, au 31 mars 2019, on supputait, craignait ou espérait une probable défaite de la coalition au pouvoir. En effet, l’AKP perd 9 départements là où son allié en gagne 4. Le CHP en gagne 8, la plupart volés à l’AKP et le HDP en perd 3 mais reconquiert ses fiefs[19]. Ce que l’on ne savait pas, c’est que la rancœur du perdant allait refuser l’idée même de la défaite, provoquer le recours à des tricheries peu convaincantes pour forcer une instance théoriquement souveraine à invalider un des résultats sur cinq de ces élections, celui qui lui était défavorable, invoquant un vice de procédure qui curieusement ne concernait pas les autres résultats, acquis pourtant selon la même procédure. Nous l’avons dit, ce report, ayant tenu le pays en haleine, a automatiquement démultiplié l’enjeu. En formule redevenue strictement binaire et en plus personnifiée à travers les deux noms des candidats en lice, il vaut d’autant plus comme un combat au sommet, certes métaphorique que Erdogan est quasi présent dans l’enjeu autant par la torsion de la légalité qu’il a imposée qu’à travers la personne de son candidat, proche et ancien compagnon d’armes qui porte de toute évidence la voix de son maître. Le deuxième vote se déroule fin juin. La victoire du challenger s’y retrouve totale: 54 contre 45%. Elle s’opère par une défaite majorée, humiliante, où l’arrogance vaut pour une faute politique manifeste.

Lors de cette nouvelle consultation, l’importance du vote kurde, que l’on sait bipolaire et donc convoitable par les deux camps, s’y retrouve encore accrue. Où chaque camp peut-il se renforcer, à moins de rameuter les 12% de non-votants ou les vacanciers du week-end, sinon sur cet électorat kurde encore mal localisé dans ses dynamiques, présentement sans candidat directement en lice et riche en outre de son libre-arbitre. Par simple calcul, on comprend que là où la première élection s’est jouée à 13 000 voix, le vote kurde, bien plus nombreux à Istanbul y devient un enjeu de première importance. Et il est cocasse de voir le candidat AKP faire, pour gagner Istanbul, un détour par l’est du pays et Diyarbakir, y balbutier quelques mots en kurde et parler d’un Kurdistan, appellation qui pour d’autres, incarcérés aujourd’hui, vaut toujours comme inculpation de trahison. Il est tout aussi cocasse de voir les pouvoirs publics sortir soudain Öcalan du secret où il est tenu depuis trois ans, lui organiser la visite d’un obscur visiteur, sociologue d’une université peu connue, qui ramène à l’actualité une lettre manuscrite du leader appelant à rester ferme sur un vote pro-kurde, manoeuvre à laquelle le HDP saura se soustraire. Erdogan a donc éprouvé lui-même le besoin d’interférer sur le vote kurde et il est plaisant de voir qu’il en appela à la caution de son plus célèbre prisonnier.

Au tout dernier moment, l’ancien leader du HDP, Demirtas, appela de sa prison l’électorat kurde à voter directement pour le challenger AKP, franchissant une étape supplémentaire dans la logique des conciliations.
Et au détail des résultats rapidement calculés par le cabinet KONDA, on voit effectivement que les ralliements trans-partisans se sont opérés. 90% des électeurs HDP se sont effectivement reportés sur Imamoglu, tout comme 62% du vote kurde. 3,5% de l’AKP aussi. Plus largement 87% des alévis, 20% des milieux très religieux, les chômeurs et les enseignants, les utilisateurs de Twitter, Instagram, internet… Par contre, seul un tiers des électeurs de l’allié MHP a maintenu son soutien à Yildirim ainsi que 75% des femmes au foyer[20].

Conclusion

La morale que suggère cette histoire, cette évolution, est que la concordance entre un adversaire commun et les dangers que représentent son penchant despotique, manipulateur et de plus en plus liberticide engendrent l’urgence d’une action de sauvegarde voire de sauvetage politique, utile à tous ceux qui en bloc en subissent les attaques et les restrictions; qu’il y a en-deçà des particularisme et des stratégies respectives, un socle d’ouverture et de liberté qu’il faut conforter, pour le pays, pour la société et pour un avenir qui peut se retrouver bloqué par un présidentialisme verrouillé au plus haut niveau.; que ce socle a pour nom minimal « démocratie » c.a.d primauté de la règle de droit, respect des libertés individuelles et collectives, garantie de la reconnaissance d’une pluralité sociale mais aussi politique.

Il est fréquent de voir en Turquie les passe-droits se multiplier dès que des positions de pouvoir sont acquises, et un système clientéliste, fait de redistributions sélectionnées, de prébendes accordées, commencer à ordonner la structure sociale. Et la capacité démocratique de ce pays est souvent mise en doute.

L’évolution observée lors des dernières élections, des regroupements d’alliance dans l’opposition, même s’ils répondent à ceux d’une majorité fortifiée, nous semblent un socle nouveau et novateur, car ils forment une base de mieux en mieux partagée, indispensable à tous et à chacun. C’est cette conscience émergente qui nous intéresse, dont une des curiosités, et pour nous un des marqueurs, est l’insertion nouvelle de l’électorat kurde dans des évaluations collectives nouvelles de ce qu’est un espace et une action politique libérés.

Mais ceci reste encore au stade de l’hypothèse.

Gérard Groc
Chercheur Associé
IREMAM/MMSH
Aix en Provence
(Image de Une : Lumières et ombres d’Istanbul. Source : Pixabay)

 

[1] Citation
[2] La candidature d’Erdogan, présente dans toutes les têtes, n’a pourtant jamais été annoncée.
[3] L’année 2008 voit une mise en accusation, par le procureur de la république, du parti AKP pour crime de lèse-laïcité, qui vise à son interdiction et donc à sa disparition. L’action se termine par une condamnation qui n’impose pas toutefois de fermeture.
[4] En 2010, un ancien fonctionnaire de la police, Hanefi Avci, publie une étude sur l’infiltration de l’administration, de la police, de la justice par les membres du groupe Gülen; en mars 2011, deux autres enquêtes paraissent sur le même sujet (Nedim Sener et Ahmet Sik), qui mènent leurs auteurs tout droit en prison.
[5] Le référendum de septembre 2010 en avait déjà parlé. Alors l’idée était qu’un renforcement des pouvoirs du président équivaudrait à un affaiblissement souhaitable du « trop militaire » du régime turc: concentrer le pouvoir autour d’une autorité civile, la débarrasser des liens trop étroits avec l’armée ou des gardes-fous juridiques (les hautes juridictions, cours constitutionnelle et de cassation, Conseil d’Etat et autres conseils agrégés par la constitution de 1982 à la présidence de la République) pouvait valoir alors comme une normalisation importante de la situation institutionnelle.
[6] A cette époque, apparaît un calendrier nouveau et assez millénariste des perspectives de la « Nouvelle Turquie », scandé à partir des célébrations futures de 2023 (centenaire de la République), de 2053 (six-centenaires de la prise de Constantinople par Mehmet le Conquérant) et de 2071, millénaire d’une pénétration turco-seldjoukide définitive sur le sol de l’empire byzantin. Le régime d’Erdogan voit donc à longue échéance.
[7] Extrait du “discours du balcon” de R. T. Erdoğan, au soir de la victoire électorale du 12 juin 2011: “Croyez-moi, aujourd’hui Istanbul a remporté une victoire, mais c’est aussi une victoire pour Sarajevo, pour Izmir comme pour Beyrouth, une victoire pour Ankara comme pour Damas; une victoire pour Diyarbakir comme pour Ramallah, Naplouse, Jénine, pour la Cisjordanie, pour Jérusalem et pour Gaza. Aujourd’hui, c’est la victoire de la Turquie et du Moyen-Orient, du Caucase et de l’Europe. Aujourd’hui, c’est la victoire de la démocratie, de la liberté, de la paix, de la justice et de la stabilité… ».
[8] Aux municipales d’avril 2015, le HDP peu connu ne faisait encore que 2% des voix.
[9] Suruç, juillet 2015, 33 morts, Gare d’Ankara, octobre 2015, 107 morts: attentats d’une antenne turque de l’Etat islamique, probablement connue des services de police.
[10] Comme l’islamiste entreprise de sécurité SADAT.
[11] 40 000 prisonniers sont alors libérés pour faire de la place.
[12] En mars 2019, le nombre de démissions, détentions, suspensions dépasse les 150000 démissions, 500 000 investigations, 96800 arrestations, sans compter le nombre d’enseignants arrêtés, de juges démis (4465), d’universités et écoles fermées, de journaux interdits et de journalistes embastillés. source: Turkish purges.com.
[13] Voir Groc G., Erdogan, “L’ambivalence d’une victoire”, Carnets de l’IREMAM, Hypothèses.org, on-line, du 15 mai 2017. Nous y notions que les régions “nonistes”  y faisaient déjà 81% des revenus fiscaux et 60% de la production intérieure de Turquie.
[14] Cumhur Ittifaki. Encore faut-il signaler la double connotation du mot cumhur qui renvoie à la communauté nationale mais aussi à la communauté religieuse des musulmans.
[15] Notons qu’on parle de la candidature de l’ex-président Gül, issu lui aussi du parti d’Erdogan.
[16] Bilan néanmoins curieux : le candidat Erdogan est en tête dans 63 départements, Ince, brillant second, gagne dans 8 départements et Demirtas, piteux troisième, gagne pourtant 10 départements.
[17] A la fin 2017, c’est 94 municipalités sur 102 gagnées par l’autre parti pro-kurde DBP qui sont mises sous tutelle, sous accusation de terrorisme; et 68 maires se retrouvent mis sous les verrous.
[18] Dévaluation de la monnaie, inflation croissante, retrait hors de Turquie des partenaires étrangers et surtout, empoisonnant le quotidien, montée en flèche des prix des fruits et des légumes et des denrées alimentaires.
[19] L’AKP en perd 15 mais en gagne 6, le CHP en gagne 10 mais en perd 2, le MHP en gagne 7 -sur son allié – mais en perd 4 et le HDP en gagne 1 et en perd 3.
[20] Konda Arastirmasi: « Inançsizlarin %3’ü Yildirim’i, sofu’larin %20’si Imamoglu’nu destekliyor », Site Bianet.org du 3 juillet 2019.

Gérard Groc

En savoir plus sur Gérard Groc sur le site de l'Iremam.

More Posts - Website