Travail dans un champ de fraises Akkar, 2018 © M.Scala

Aux marges du salariat ?

Une enquête pluridisciplinaire
sur le travail au Liban

Par Myriam Catusse, Nizar Hariri et Michele Scala

Cet automne 2019, au moment où est publié ce billet, la société libanaise connait un mouvement social de grande ampleur. Elle combine des protestations contre des mesures économiques jugées insupportables socialement et injustes politiquement, mais aussi contre la nature même du régime. Cette exceptionnelle effervescence collective bruisse depuis plusieurs mois, alors que le Parlement discutait d’un projet de loi du budget instaurant des mesures d’austérités « sans précédent dans son histoire » aux dires du Premier ministre, négociées avec les créanciers du pays. Au cours du printemps 2019, enseignants du public, magistrats, travailleurs hospitaliers ou portuaires, employés de la Banque centrale mais aussi, plus exceptionnel, retraités de l’armée ont fait grève ou ont occupé des places publiques pour protester contre l’annonce de réductions de leurs pensions ou encore la détérioration des conditions d’emploi dans leurs secteurs.

En miroir de ces mobilisations qui dénoncent le rétrécissement de protections sociales liées à l’emploi, d’autres franges de population revendiquent, a priori paradoxalement, le travail « sans droits ». En ce même été 2019 en effet, alors que le ministère du Travail mène une campagne d’inspections visant à lutter contre le travail « irrégulier » dans le pays, les travailleurs palestiniens et leurs familles, parmi les plus concernés par ce type d’emploi, descendent dans la rue s’indignant de ces mesures censées les protéger, au nom des risques que cela fait peser sur leur emploi lui-même. Ensemble, ces mobilisations à contretemps mettent sous les projecteurs l’accès inégal aux protections via le travail et les éthiques plurielles de la subsistance qu’il engage.

Ces exemples récents de conflictualité autour du travail s’inscrivent dans un terreau d’effervescence collective ayant caractérisé le monde du travail libanais ces dernières années. Avant cela, des mobilisations dans la grande distribution (2012) ou au sein d’entreprises publiques telles qu’Électricité du Liban (2012), parmi des travailleuses domestiques étrangères (2014) ou d’employés agricoles syriens (2018) signalaient l’accentuation de tensions autour du travail. Peu entendus, souvent relégués à des conflits sectoriels, ces différentes générations d’employés du public ou du privé posent pourtant des questions majeures : celles de l’accès à l’emploi mais encore des statuts, des formes et des relations de travail, de l’éclectisme des protections qui leur sont associées dans une société non pas au ban de l’économie mondialisée mais au cœur de tensions propres aux formes contemporaines de l’économie. L’arrivée massive de réfugiés syriens depuis 2011 n’a fait que rendre plus visible l’extrême acuité de problématiques reléguées, notamment depuis la fin du conflit civil (1975-1990), au cimetière des conflits dépassés. Le travail s’invite au fondement de questions sociales et politiques, que notre programme de recherche « aux marges du salariat ? Une enquête pluridisciplinaire sur le travail au Liban » se propose d’en analyser certaines dimensions.

Initié par Michele Scala (AMU-IREMAM) et Nizar Hariri (directeur de l’Observatoire universitaire de la réalité socio-économique (OURSE de l’Université Saint-Joseph), qui ont animé un séminaire sur la question, à Beyrouth, en 2018-2019 (http://www.ifporient.org/aux-marges-du-salariat), ce projet bénéficie du soutien du programme Hubert Curien CEDRE en 2019-2020. Il structure un partenariat original de l’IREMAM (M. Catusse et M. Scala) avec, au Liban, l’USJ (l’OURSE dirigé par N. Hariri) mais aussi l’Hôtel Dieu (Hala Kerbage)), l’Ifpo (K. Doraï), Lebanon support (M. N. AbiYaghi), Lebanese Labor Watch (A. Dirani), Legal Agenda (Y. Makhlouf) et l’Ecole supérieure des affaires (A. Chaar), et en France le LEST (M. el Miri et D. Mercier), l’IRIS (E. Durand) et le LISE (M. Quijoux).

Il s’agit de questionner au croisement de disciplines variées la façon dont le « travail » s’exerce dans les marges de droits et de protections sociales dans le Liban d’aujourd’hui. La réflexion est née d’un double constat :

D’une part, une partie importante de l’activité au Liban, difficile à quantifier avec précision, repose sur des formes de travail dépendant qui sont rarement assimilables à une « norme » salariale. Du travail migrant (principalement dans l’agriculture, le bâtiment, les foyers domestiques, l’industrie, les marchés et commerces de proximité, etc.) à la grande distribution, en passant par le secteur public où le travail journalier ou pour une durée déterminée constitue désormais près de 50% des emplois (LLW, 2013), le travail non ou faiblement garanti s’impose dans les faits comme une figure centrale du paysage professionnel libanais. Ce dernier se caractérise non seulement par une extrême hétérogénéité des statuts et des sources de droits réglementaires, mais par une pauvreté frappante des données disponibles relatives à l’emploi.

D’autre part, une série de mobilisations à bas bruit ou plus ouvertes dans des espaces professionnels multiples concernent tant l’emploi public que privé, celui des libanais tout autant que celui des étrangers. Elles s’expriment dans des conflits publics que répertorient par exemple Lebanon Support et Lebanese Labor Watch (voir ici), mais également dans l’enceinte de prétoires et d’arènes judiciaires multiples qu’observe Legal agenda, et enfin au niveau de personnes qui se tournent vers des dispositifs médicaux pour prendre en charge des souffrances, notamment psychologiques, qu’ils lient à leurs conditions de travail.

Câblage Ain Al Remmene Beyrouth, 2015 © M.Scala
Câblage, Ain Al Remmene Beyrouth, 2015 © M.Scala

 

L’objectif du projet est de restituer une réflexion pluridisciplinaire sur le travail au Liban, en conduisant des enquêtes sur les conditions du travail et sur les formes de subordination, de résistance et d’in-soumission de quatre catégories de travailleurs : ceux de la grande distribution ; les journaliers du privé et du public ; les travailleurs et travailleuses migrant.e.s sous le régime de la kafâla [1] ; les travailleurs réfugiés. Ils présentent de fait le point commun d’appartenir à des mondes du travail régulés par la combinaison d’un pouvoir contractuel, socialement et juridiquement normé, et d’un pouvoir discrétionnaire, souvent arbitraire qui se greffe parfois sur l’institution salariale ou qui lui oppose parfois d’autres sources de légitimité ou de sociabilité, voire de protection.

Dans un contexte où, au « Sud » comme au « Nord », le « précariat » fait débat, ces cas observés dans la société libanaise offrent de fait un laboratoire privilégié pour interroger de façon expérimentale la « marginalité » supposée des formes de travail qui dérogeraient en tout, ou en partie, de la norme salariale entendue comme institution économique, sociale et politique.

Une première réunion de l’équipe s’est tenue à l’IREMAM les 20 et 21 juin 2019 ; la suivante aura lieu à Beyrouth les 4 et 6 novembre 2019. Notre ambition est d’explorer des pistes de comparaison des formes de précarisation des emplois dans le secteur public, l’apport du travail migrant et de la main-d’œuvre importée dans le marché du travail, mais aussi l’émergence de conflictualités du travail dans des secteurs précaires et désyndicalisés comme la grande distribution. Nous entendons notamment nous atteler à une analyse interdisciplinaire du travail, domaine d’étude peu exploré au Liban, à partir d’enquêtes localisées et situées qui offrent d’autres questionnements que ceux du « tout communautaire » à partir de la mise en commun d’instruments de recherches propres à plusieurs disciplines (économie, sociologie, anthropologie, médecine). L’équipe, composée de chercheurs travaillant sur des terrains libanais, européens et sud-américains, mais aussi d’experts et d’intervenants et praticiens sur des lieux de travail, organise son activité autour de trois axes :

Axe 1- Le premier axe, intitulé « Travailler aux marges du salariat », se concentre sur les mutations rapides des mondes du travail du Liban contemporain caractérisés par d’importants flux migratoires et par des dynamiques d’inclusion et d’exclusion des protections sociales (fragmentation des droits sociaux liés au travail et protectionnisme national vis-à-vis de l’importante main-d’œuvre étrangère).

Axe 2- Le deuxième axe, intitulé « Conflictualités contemporaines du travail », étudie les mobilisations portées par des travailleurs précaires – dont certains issus de migrations – préalablement inorganisés surgies dans divers secteurs du public et du privé depuis 2011. En les situant à l’intérieur des configurations contemporaines du travail au Liban, il interroge la place et le rôle de ces phénomènes protestataires, qualifiés ailleurs « d’improbables » (Benquet 2010). 

Axe 3- Le troisième axe, intitulé « Travail et Santé » aborde de façon plus exploratoire encore les rapports sous-étudiés au Liban entre travail et santé au Liban. D’une part, il s’intéresse aux conditions d’accès au soin médical et aux traitements différentiés entre populations libanaises et migrantes dans les services sanitaires publics et privés. D’autre part, il porte une attention particulière aux expériences de souffrance individuelle et se concentre sur les relations entre situations et conditions du travail et santé.

Les ambitions du collectif sont plurielles :

Son dispositif exploratoire vise d’abord à rassembler des données éparses, juridiques, statistiques, monographiques pour tenter de dresser un tableau, en effet de surexposition et de sous-exposition, des savoirs sur le travail au Liban. Il s’agit d’en proposer un bilan critique mais surtout d’intégrer des corpus souvent traités de façon séparée, en des langues, des savoir-faire et des questionnements (sous)disciplinaires qui dialoguent rarement sur ce terrain.

À partir d’explorations inédites, il s’agit ensuite d’élaborer et de tester des protocoles d’enquêtes pluridisciplinaires qui contribuent à la réflexion sur les dynamiques du travail précisément dans les importantes zones d’ombres repérées.

Enfin, ce programme, soutenu par la coopération franco-libanaise sur deux ans, s’échafaude comme une mise en réseau, afin d’amorcer expérimentalement une réflexion sur les conditions de possibilité d’une recherche internationale plus ambitieuse de nature comparatiste.

Pour plus d’informations :

Photo de Une : Travail dans un champ de fraises Akkar, 2018 © M. Scala

[1] Kafâla : littéralement, le parrainage (souvent traduit en anglais par sponsorship system). De façon coutumière et administrative, le régime de la kafâla règlemente au Liban (et ailleurs au Proche-Orient) la présence sur le territoire de tout étranger, sa mise au travail et ses rapports au travail. Le kafîl (parrain) est à la fois l’employeur et le garant légal de l’étranger sur le territoire libanais.



Citer ce billet
La rédaction (2019, 22 octobre). Aux marges du salariat ? Les carnets de l'IREMAM. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qfbi