Site de Ghardaïa

Le Mzab de l’extinction. Une idéalité à reprendre en sous-œuvre

Par Sidi Mohammed el Habib Benkoula*,
avec la participation de Robert Doisy**

 

Je crois que le Mzab à l’architecture vernaculaire fait partie des sujets algériens « sacrés » qui ont le plus passionné les architectes et les urbanistes. Il a rassuré la plupart dans la conception de l’architecture qui a des origines dans l’histoire de la construction, mais aussi de la construction qui acquiert une consolidation spatiale et cosmique dans l’idée que la société/communauté (type mozabite) se fait d’elle-même. Plus qu’Alger qui a rayonné grâce à son cosmopolitisme historique dans le monde méditerranéen[1] (pour Fernand Braudel, la Méditerranée est « la mer entre les terres »[2]), le Mzab urbain a évolué dans un déterminisme géographique et socioreligieux marginal, à l’écart de l’histoire mondiale, vers son auto-distinction et son extinction ; il est passé d’une temporalité de sept à dix siècles de novateurs à, enfin, une temporalité de conservateurs.

Pour commencer, à en croire les spécialistes, le Mzab constitue à lui seul un écosystème du fait que la force du local le traverse de manière prégnante et l’a adapté au lieu et à ses contraintes[3]. Les concordances systémiques du Mzab qui remplissent les discours sont généralement là pour appuyer le principe d’une cohérence, elles œuvrent à soutenir le principe d’une idéalité parangonnée.

Je crois que tout le problème du rapport que nous avons au Mzab vient de cette tendance à la « modélisation/monumentalisation » qui a servi à nous aveugler, à titre d’exemple, sur l’apport local d’autres régions, comme celle d’El Biyadh où d’autres formes séculaires d’urbanisation et d’urbanité se sont développées et n’ont pas bénéficié d’attention manifeste.

Le Mzab pour de très nombreux architectes et chercheurs est devenu une sorte de religion que la plupart opposent à l’hérésie du monde moderne du Nord, en serinant les propos d’une littérature largement diffusée sans jamais l’interroger[4], car elle a fait assoir des images conservatrices qui conditionnent la pensée concrétisée et matérialisée. Il s’en est créé une position doxique, dominante, que la plupart affirment et qui est très facile à relever dans leurs propos discursifs ; elle rend compte d’une limitation d’inspiration intellectuelle, de la difficulté de chercher au-delà de la pensée instituée. Autrement dit, il n’y a pas que le Mzab actuel qui est en crise, mais aussi les intellectuels qui se sont laissés prendre dans le piège de l’idéalité (du Mzab) advenue et geôlière.

Les citernes sur les toits illustrent la crise de l'eau
Les citernes sur les toits illustrent la crise de l’eau

On comprendra donc que je me laisse tenter par l’idée de nous libérer de l’idéalité assommante et de repenser le Mzab autrement qu’une idéalité gelée au nom de la tradition figée, d’une tradition « engrammée »[5], de la reprendre en sous-œuvre au-delà d’autres traditions dans le monde arabo-musulman pluriel et assoiffé d’universalité[6], et de reconsidérer les traditions en dehors des normes des scientifiques et des fixations déraisonnées des intégristes du patrimoine[7].

En réalité, la tradition évolue, change, elle n’est jamais la même. Il y aurait même ce que j’appelle « la tradition intelligente », c’est-à-dire que la tradition tout en servant de canal social et communautaire, achemine ses « faiseurs naturels » dans une perpétuation continue d’une pratique en évolution, qui libérée des images, n’empêche pas la chaîne de la novation. Elle permet aux faiseurs d’être en même temps sans le prévoir des défaiseurs ordinaires de la tradition qui ne se laisse pas asphyxier par sa nature, puisqu’elle change.

Ceci m’amène à préciser que nous avons à faire, aujourd’hui, à un Mzab urbain qui est le résultat d’une longue évolution, et qui n’est représentatif que pour lui-même. Le résultat présent est loin d’être uniquement issu du travail ancestral et doté d’une autre philosophie. Certainement, le Mzab ne s’est jamais suffi à lui-même dans la longue durée, ne serait-ce que pour avoir résisté et être resté cantonné là où il est actuellement. Et c’est au nom de ce changement silencieux dont nous ne savons pas grand-chose et qui a permis les solutions qui nous émerveillent, que j’ai tendance à contester l’idée de patrimoine à l’occidentale que nous nous en faisons.

Outre fait qu’il m’est arrivé de catégoriser le patrimoine selon l’histoire continue et discontinue culturellement, le Mzab est, ou était, de ce point de vue, comme j’ai eu à le relever dans l’un de mes articles, porteur de gènes de modernité qui lui ont épargné la violence coloniale, mais pas celle de l’indépendance[8]. Cette région que j’ai qualifiée ci-dessus d’écosystème est devenue au fil des siècles une région éco-urbaine par excellence. Elle a développée son mode d’urbanisation. Il s’agissait d’un remplissage de l’aire fortifiée à saturation[9], sans oublier que jusqu’aux alentours du XVIIe voire XVIIIe siècle, le désert préservait efficacement son héritage urbain.

Construction dans la palmeraie et lit d'oued
Construction dans la palmeraie et lit d’oued

Pour le dire autrement, même si ceci comporte des risques de déformation de mes idées, la modalité de ville des villes du Mzab qui se confond avec une modalité de ksar, a permis une modalité d’urbanisation qui n’est pas que générique. En ce sens, j’ai constaté que les études qui concernent l’urbanisme du Mzab ne mettent pas suffisamment la focale sur le lien entre la structure urbaine, la structure sociale et l’activité économique qui ont permis son développement historique.

Je crois que nous n’avons pas fini d’explorer le Mzab dans ses généralités comme dans ses multiples détails, comme nous n’avons pas encore suffisamment zoomé en plus et en moins la manifestation de l’éco-urbain mozabite, mais que nous risquons aussi de ne pas le faire à temps par rapport à ce que les sociétés anciennes[10] avaient (il est plus juste de le dire comme ça que « ont ») à nous apprendre, puisque les choses urbaines ont beaucoup évolué et ne cessent de changer rapidement jusqu’à produire des « coupures » historiques[11]. En effet, pour le moment, les témoignages nous ramènent à ce que nous avons tendance à considérer comme étant de tristes souvenirs et constats, alors que nous savons tous, pour le dire à la manière de Frank Lloyd Wright, que le changement est irrémédiable.

Le changement est un sujet qui ne semble pas intéresser beaucoup de penseurs et chercheurs ; il mérite pourtant d’être conceptualisé dans un cadre plutôt « complexe »[12], hors des champs des montages intellectualistes et habituels. La difficulté à laquelle je suis personnellement confronté par rapport à ce sujet est celle qui me conduit à constater à mon triste dépens que les explorations du Mzab sont, disons, scientifiquement segmentaires, fractionnaires, donc excessivement partielles. Elles se spécialisent en durcissant dans tel ou tel aspect de la vie mozabite, au moment même où elles (les explorations) sont incapables de s’immerger dans les méandres des généralités sans pour autant vanter ni consacrer la dimension holistique qui est devenue à mon sens trop lourde et négativement contraignante.

En général, il apparait que les réflexions menées sur le Mzab sommeillent sur des idées qui circulent largement, à très grande échelle, et sont d’une certaine façon remâchées. Il est même devenu impossible de penser le Mzab en dehors des canons scientifiques et des certitudes issues d’une certaine littérature crédule comme de l’architecture, beaucoup moins de l’urbanisme, vantant le mérite d’un vernaculaire qui n’est que relativement d’actualité, ou pour le dire plus justement, qui n’est d’actualité que pour les spécialistes qui veulent se donner bonne conscience par rapport à une modernité redoutée et condamnée à tort.

Construction en béton
Construction en béton

Il est courant d’entendre les uns et les autres répéter que le vernaculaire, du latin vernaculus, est subordonné au sens de l’indigène qui est le premier habitant du pays. Cette association a quelque chose d’ironique et caricaturale, de part le fait qu’elle met en exergue la familiarité du premier occupant avec les lieux, et que l’occupant qui suit a peu de chances d’atteindre la perfectibilité cognitive du premier vis-à-vis du site. D’où peut-être la différence que l’on suppose entre l’indigène et le colon, et qui tient à la distinction du naturel de l’artificiel. Ce que l’on ne nous dit pas généralement, c’est que le naturel pour se constituer une épaisseur, nécessite un temps très long par rapport à l’artificiel. Ainsi donc, comme dans le cas du Mzab, la construction moderne a vite remplacé la construction du peuple. Il n’y a pas eu transmutation, mais carrément remplacement d’un savoir-faire local par un autre universel[13], donc est survenue une coupure avec le legs des anciens et la philosophie du locus.
Il se trouve qu’en dehors de la volonté de la gérontocratie très décidée s’armant du religieux, le peuple traversé imparablement par la modernité se force a priori à demeurer le même, dit-on conservateur. Autrement dit, le projet de société, malgré la crispation identitaire sur fond de crise néo-mozabite qu’on peut remarquer sur place, n’est plus le même. La résistance au changement est inutile. Mais retenons surtout que ce qui relève de la nature ou y est lié, incliné au sens de vernaculaire, ne prend sens chez les anciens que dans la longue durée, tandis que l’artificiel est un artefact de la modernité, il est adapté à la courte durée, et permet un tout autre ordre de vernaculaire.

Par ailleurs, je trouve que la traduction du vocable vernaculaire en arabe est d’un intérêt indéniable, car elle le rapporte à la notion de : العامه (al-‘âma), c’est-à-dire ce qui est à la portée de tout le monde et même lui appartient. Le vernaculaire en arabe semble évoquer un savoir-faire largement diffusé parmi les membres du groupe, étant à la portée de la majorité. D’ailleurs, c’est en ce sens qu’il m’est arrivé de qualifier la technologie du poteau-poutre (étant elle-même une déviance de la charpente de bois) de vernaculaire algérien que l’on retrouve aussi bien dans les réalisations du secteur public que du secteur privé. J’ai même affirmé en observant et effectuant quelques relevés in situ, qu’il y a plus d’inventivité dans la construction du peuple que dans la construction de l’État. Le peuple ne s’encombre pas des règles régissant les constructions orthonormées de l’État.

L’autre aspect qui attire l’attention, c’est l’idée partagée du vernaculaire enfermée dans la quadrature des intellectuels des temps modernes. Cette quadrature est une utopie de désespoir, et un quadrillage d’ordre policier des sociétés anciennes. Il s’agit généralement de sociétés préindustrielles même si nous savons, mais ce n’est pas ça qui va compter, que les savoir-faire, évidemment pas tous, ont traversé les siècles parfois simultanés de l’industrialisation massive des peuples, et ne se perpétuent pas pour autant à l’ère de la communication massive sur le mode des « vernacularités » anciennes. L’idée de la simultanéité que nous évoquons, nous l’appliquons aux peuples qui ne sont pas bien sûr au même avancement. Grosso modo, nous perdons de vue l’idée que les vernaculaires s’incarnent de différentes manières, parce que les moyens ne sont pas toujours ni forcément les mêmes, et les gestes qui leur permettent d’être, peuvent disparaitre à cause de l’évolution/épuration des modus operandi.

Mais ce qui est intéressant à signaler à cette occasion, c’est que les vernacularités industrielles et/ou des ères industrielles sont problématiques en grande partie à cause de leurs proximités temporelles par rapport à nos civilisations, alors que les vernacularités anciennes (ou des anciens) sont molles et consentent en même temps une théâtralité qui permet une conceptualisation, parfois excessive et même erronée, à cause de leurs substrat rudimentaire, voire aussi de leur primitivité.

Il est sûr et certain que le Mzab, comme beaucoup d’autres régions dans le monde ayant évolué dans la réclusion, dans une sorte d’auto-claustration, un enfermement ayant construit un isolat culturel séculaire et choisi, vit une crise multiple, et que la schizophrénie culturelle due à l’avènement de la modernité contemporaine le concerne indéniablement depuis longtemps.

Lampadaire importé du Nord
Lampadaire importé du Nord

Le Mzab subit le rejet de ses propres habitants, par corrosion des savoir-faire et savoir-penser traditionnels et, comme je l’ai entendu moi-même sur place, du désir des jeunes d’aller au monde, comme les jeunes du Nord.
La « modernité contemporaine » n’est certainement pas à condamner, mais c’est surtout le fait que les Mozabites n’ont pas vu le changement arriver, contrairement à André Ravéreau sur place qui a livré des témoignages poignants sur l’inconséquence des Mozabites, qui sont à explorer. Cet architecte qui a contribué à faire connaitre le patrimoine urbain de la région, a proposé des pistes très adaptées n’ayant jamais été prises en considération pour sa préservation, et a surtout vu l’impréparation des Mozabites face à la modernité. Donc, il est tout à fait normal que les Mozabites, dans leur divorce de fait avec les savoir-faire des anciens et plus particulièrement avec l’esprit qu’ils incarnaient, reprenant en plus le discours du Nord portant sur le patrimoine, en soient à vanter une forme sans fond. Nous en sommes aujourd’hui à la revendication de l’identité qui génère de grandes confusions qui à leur tour consolident le terreau des idéologies culturelles de l’exclusion de l’autre, qui assurent un avenir au conservatisme improductif, ce qui est une expression forte du jeu des représentations contemporaines sans lendemain par rapport aux enracinements qui se justifiaient dans « l’hier séculaire ». D’où négation du monde…

°°°

* Sidi Mohammed el Habib Benkoula est Architecte – Docteur en urbanisme (IUP), Maître de Conférences (HDR) au département d’architecture d’Oran (USTOMB).

** Robert Doisy est architecte.

°°°

[1] Tel que le définissait Fernand Braudel dans son œuvre.

[2] Carlier Omar, « Braudel avant Braudel ? Les années algériennes (1923‑1932) », Insaniyat [En ligne], 19-20 | 2003, mis en ligne le 30 août 2012. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/5936 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.5936

[3] C’est à partir de l’exemple du Mzab, que j’ai répété tout au long de très nombreuses années à mes étudiants que les contraintes, il est plus stratégique de se les allier, de travailler avec, que de les combattre.

[4] Le Corbusier a contribué à imposer le modèle du Mzab, ce qui n’est pas tout à fait le cas d’André Ravéreau qui a su le relativiser. On pourra lire : Alex Gerber, Le Corbusier et le mirage de l’Orient. L’influence supposée de l’Algérie sur son œuvre architecturale. In : Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n° 73-74, 1994. Figures de l’orientalisme en architecture, pp. 363-378 ; https://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1994_num_73_1_1688

[5] Cette notion d’« engrammée » apparait dans les travaux de Daniel Pinson comme dans ce texte : Maroc : un habitat « occidentalisé » subverti par la « tradition », https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00795854/document

[6] A propos du danger de se penser universel, je propose de lire : Jacques Demorgon, Etienne Klein, La science est-elle née en Occident ? Le monde appartient à ceux qui se lèvent Occidentaux, El Borhane éditions, 2018.

[7] Il s’agit de se mettre au travail d’une déconstruction à grande échelle des idées productives d’hier devenues improductives à l’heure actuelle, et surtout inadaptées à notre monde.

[8] Sidi Mohammed el Habib Benkoula, « Le Mzab à l’épreuve du temps », Le Quotidien d’Oran, 25 février 2017, repris dans mon livre Que faire quand on a compris ? – En guise de penser l’urbanisme algérien, ENADR éditions, 2019. Dans la note de bas de page 79, je cite le propos de Mohamed Larbi Merhoum, architecte : « Tant que le Mzab sera habité et tant qu’il créera ses propres richesses, il survivra. Le drame du Mzab est d’être passé wilaya (préfecture). Les nordistes ont introduit une bureaucratie administrative autoritaire que même les Français n’avaient pas installée au Mzab. Le Mzab aurait dû rester au mieux daïra. Les Français avaient compris qu’ils avaient tout à gagner en laissant les équilibres locaux fonctionner. Les Mozabites étaient par exemple exempts du service militaire ! L’Algérie de 1962 est l’exemple même d’une administration postindépendance de « colonisation » et d’effacement des particularismes, et donc la superposition sur un territoire absolument géré par des mécanismes séculaires de règles modernes intruses et radioactives. La différence avec la Casbah réside dans la manière que la France a choisie pour la maîtrise du territoire et le contrôle sécuritaire. Au Mzab, cela s’est traduit par une entente politique macro avec une société quasi homogène, disciplinée et hiérarchisée, sur un partage de prérogatives, alors qu’à la Casbah qui finalement n’était constituée que de micros sociétés venues chacune de l’Algérie profonde, il aura fallu occuper physiquement les lieux, ouvrir des voies pour faire pénétrer l’armée et construire un front pour imposer une nouvelle image du conquérant. A croire que la société mozabite avait un niveau d’organisation moderne à même d’établir des relations d’égal à égal avec le colonisateur, alors que la gouvernance turque n’est jamais arrivée sinon diplomatiquement à assoir un Etat. Un peu comme maintenant ! ».

[9] Entretien avec André Ravéreau réalisé et commenté par Sidi Mohammed el Habib Benkoula, André Ravéreau et l’art de bâtir dans le désert, in : “Passerelle“, La lettre du CRETEIL (Institut d’Urbanisme de Paris), n°2, octobre 2005.

[10] Je fais allusion au livre que j’ai trouvé passionnant de Jared Diamond, Le monde jusqu’à hier. Ce que nous apprennent les sociétés traditionnelles, Nouveaux Horizons, 2012.

[11] Dans le cas du Mzab, Christian Bousquet affirme en 1982 : « Aujourd’hui, le fond de la vallée de l’oued du Mzab se sature d’une urbanisation aussi récente qu’exubérante, l’ensemble du bâti offrant une brutale opposition entre les formes urbaines traditionnelles et récentes. C’est, à première vue, l’image d’une coupure historique dans le processus d’urbanisation, d’un équilibre bouleversé, de la désagrégation d’une culture au contact de modèles étrangers, comme meurent ces trésors archéologiques qui se décomposent dès qu’ils sont exhumés et mis en contact avec l’air », « Pérennité du centre ancien du Mzab : le cas de Beni-Isguen », in : Présent et avenir des Médinas (de Marrakech à Alep), Fascicule de recherche n° 10-11, Tours, 1982, p.9.

[12] Je pense à Edgar Morin, philosophe et spécialiste reconnu de la complexité.

[13] Le cas de Ksar Tafilelt Jdid illustre parfaitement mon propos. On y trouve recours aux nouveaux matériaux sans connaissance de leur langage, leur qualité, une architecture intérieure du Nord, absence de la poésie de l’urbanisme séculaire et mauvais goût à l’extérieur.



Citer ce billet
La rédaction (2021, 23 septembre). Le Mzab de l’extinction. Une idéalité à reprendre en sous-œuvre. Les carnets de l'IREMAM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qfbk