Omar Carlier

Hommage à Omar Carlier

L’historien Omar Carlier est décédé le 22 octobre 2021. Ses collègues et amis d’Oran, Aix-en-Provence et Paris lui rendent hommage. On lira ci-dessous les textes de Belkacem Benzenine, Didier Guignard, Jean-Robert Henry et Françoise Lorcerie ainsi que Benjamin Stora.

 

In Memoriam
Omar Carlier

Par Belkacem Benzenine
Chercheur au CRASC (Oran)

Après une longue lutte contre la maladie, Omar Carlier s’est éteint à Enghien-les-Bains, le 22 octobre 2021.
Installé à Oran depuis 1969 comme jeune Volontaire du service national actif, Omar Carlier est rapidement devenu, comme il le reconnait lui-même « l’un de ses citoyens atypiques (de l’Algérie), conservant avec lui des liens indéfectibles, par-delà le malheur des temps ». Depuis Oran où il exerce, il est reconnu comme l’une des principales figures académiques de la recherche sur le mouvement national.
A l’URASC (Unité de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’abord, puis au CRASC, Omar Carlier sera un chercheur hyperactif ; ses études sur Oran, par exemple, sont des archétypes précieux d’une histoire sociale du local.
Omar Carlier est connu pour sa lecture approfondie et critique des textes, mais également pour l’exploitation attentive et rigoureuse des entretiens. Sa restitution des rencontres avec des personnalités de poids, à l’instar du « tribun de la plèbe » Messali Hadj ou d’Ahmed Ben Ben Bella, « l’icône mythique », sont de précieux témoignages, qui resteront pour la postérité.

Très attaché Oran, la ville qu’il a adoptée et qu’il ne quitta que sous contrainte en 1993, après la vague de violence qu’a connue l’Algérie, Omar y revient chaque année ; c’est un rituel immuable qui lui permet de revoir et renouer le contact avec ses amis et collègues.
Durant ces séjours, il ne rate pas une occasion pour approfondir ses recherches sur le mouvement national et la guerre de libération. Revenir sur les traces de ses nombreuses enquêtes des années 1970 et 1980 tel un chercheur d’or qui ne veut pas perdre une paillette de sa collecte, c’est là l’empreinte de l’historien Omar Carlier.
Humble, méticuleux et pointilleux, Omar Carlier est l’exemple du savant qui offre à la jeune génération des chercheurs l’exemple du travailleur passionné et érudit. Chercheur vigilant et infatigable, il n’hésita pas à revenir à Tlemcen pour estimer et vérifier la capacité d’accueil d’une salle ayant abrité un meeting d’anciens militants du PPA et dont le nombre des présents lui semblait exagéré dans les témoignages recueillis. Ou pour visiter la zaouïa derkaouiya dans les pas de Messali afin de mieux saisir l’homme qu’il le fascinait et dont il aimait raconter les entrevues, non sans émotion et avec modestie.

Pendant un demi-siècle, il ne cessa d’interroger les lieux et les mémoires du mouvement national, pour s’informer et confronter les points de vue, parfois contradictoires. Il lisait presque tout ce qui se produisait en Algérie dans les différents domaines des sciences sociales et prolongea ses réflexions à partir de ses lectures continues. Il aimait revenir à sa thèse sur le mouvement national pour réexaminer (et peut être redécouvrir) d’autres regards que portent les personnalités historiques et les chercheurs sur ce mouvement. Même en retraite, il n’hésita pas à prendre contact avec d’anciens militants du mouvement national pour les interviewer sur leur engagement militant, leur trajectoire. Ainsi, malgré sa maladie, il insistait auprès de ses amis pour lui trouver un exemplaire de la thèse de Janet Zagoria The Rise and Fall of the Movement of Messali Hadj in Algeria, 1924-1954, parue en 1973.
La bibliothèque du CRASC était son refuge pendant ses séjours oranais, il prenait minutieusement des notes. Il répondait avec bonheur à chaque sollicitation de ses collègues, même quand il s’agissait d’une invitation qui lui parvenait à la dernière minute.

S’il a profondément marqué la recherche sur la vie sociale et culturelle en Algérie, c’est parce qu’il était parmi les rares de sa génération à pouvoir questionner le mouvement national local en rapport avec la sociabilité. Dans une démarche pluridisciplinaire remarquable, il montre en quoi les écoles françaises, mais musulmanes aussi, les cafés, les nadis, les associations ont été pendant la période coloniale des sources de socialisation et de construction identitaire.

Omar Carlier, au siège du CRASC, à l’occasion du colloque « Regards sur le terrain, le national et le local en Afrique du Nord », 28 juin 2010.
Omar Carlier, au siège du CRASC, à l’occasion du colloque « Regards sur le terrain, le national et le local en Afrique du Nord », 28 juin 2010.

Les archives, malgré les contraintes bureaucratiques, étaient sa passion. A l’occasion de son dernier séjour à Alger, en 2019, il multiplia les contacts pour accéder à celles conservées au lycée Emir Abdelkader (ex. Bugeaud) d’Alger. Malgré l’âge et la maladie, il était déterminé à mener cette étude qui le tenait à cœur et dont nous pouvons espérer la voir publier, puisqu’il a déjà présenté à Oran (CEMA), le 31 octobre 2018, une communication (peut-être sa dernière) sous le titre « Fabriquer une élite intellectuelle en situation coloniale. Le cas de l’hypokhâgne d’Alger 1929-1961 ».

Quand le comité de rédaction de la revue Insaniyat le sollicita pour un texte sur le hirak, il le fit sans hésitation. C’est d’ailleurs sa dernière publication. Les lecteurs assidus des travaux d’Omar remarqueront qu’il étudia le hirak, qu’il a suivi de près durant plusieurs semaines, et qu’il qualifia de « mouvement socio-politique inventif et inédit », comme il le fait pour le mouvement national. Toutes proportions gardées, il mena cette étude avec la même empathie qui le guidait dans ses travaux précédents et qui consiste à éclairer les lecteurs sur les origines de la crise politique, les formes de sociabilité, les modes d’action, l’enthousiasme et la dynamique, marque de mouvement contestataire.

En parlant d’Omar, une personnalité attachante, on ne peut que penser à ses qualités humaines, marquées par une finesse d’esprit, une affabilité qui lui valaient le respect et l’admiration de tout le monde. Il attendait la fin de la crise sanitaire pour rentrer à Oran en espérant continuer ses travaux. Le destin en a décidé autrement.

Son œuvre abondante demeure un outil inépuisable pour les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire politique, sociale et culturelle de l’Algérie. La parution attendue de sa thèse, chez Bouchène, sera sans doute un complément de sa riche production scientifique, pour le moins originale.

Ses amis algériens, et d’Oran notamment, pensent à lui en gardant le souvenir d’un homme passionné d’histoire qui restera, tout comme son œuvre féconde, dans nos cœurs et notre mémoire.

***

 

La machine d’Omar à remonter le temps

 

Par Didier Guignard
(IREMAM, CNRS, Aix-en-Provence)

Omar Carlier vivait intensément les passés qu’il choisissait d’explorer. Au point de faire dialoguer en permanence les temps en nous faisant partager ses voyages. Surgissaient alors, en l’écoutant autant qu’en le lisant, des personnages, des sons ou des images, insérés dans des lieux qui finissaient par nous paraître familiers. Il y mettait évidemment les qualités d’un grand historien, mais aussi la passion qui lui venait de loin et l’animait tout entier. À n’en pas douter, cet exercice sensible du métier le rendait heureux et il n’avait aucune peine à communiquer ce plaisir autour de lui.

Il y avait (il y a toujours) chez Omar une leçon d’histoire à glaner, à l’ombre des grands maîtres de la discipline. Sa démarche se veut toutefois ouverte à toutes les sciences humaines et sociales, à la philosophie notamment, tant la quête de sens éthique est primordiale à ses yeux. Il était encore attentif aux nouveaux savoirs ou manières de faire, dont il guettait l’arrivée, favorisait l’éclosion, ravi de voir abordés des objets originaux par leur thématique ou leur traitement. Ce faisant, il a donné toute l’ampleur désirée à ses propres objets : les lieux et les formes de sociabilité, la symbolique et la théâtralité du pouvoir, les rapports à l’espace et au temps colonial, la culture de l’image, l’historiographie sur le Maghreb contemporain… Ces champs ouverts lui permettaient de construire – il y attachait beaucoup d’importance – pour les générations futures.

La densité de son écriture en témoigne. Elle ne cesse de jeter des ponts et nous est pourtant offerte dans une version ciselée, extrêmement travaillée dans l’économie même des mots. Le bel ouvrage commençait dès la prise de notes, au cours de multiples dépouillements d’archives, observations de terrain ou entretiens. Il pratiqua en particulier l’enquête orale dès les années 1970, avant beaucoup d’autres historiens. J’ai eu la chance de pouvoir l’observer dans cet exercice, quarante ans plus tard. L’usage aujourd’hui courant du dictaphone lui était resté étranger. Il le compensait par une grande discipline du corps et de l’esprit. Car lui-même, en ces occasions, était avare de mots, pour laisser le plus de place et de liberté possibles au témoin, ne rien perdre de la parole recueillie. Il était, il est vrai, tout entier absorbé par la trace écrite qu’il en conserverait (minuscule et serrée, difficile à relire par un autre que lui). Pareillement, il faut l’avoir vu opérer dans un centre d’archives. Le document était soumis à la même ascèse du copiste, avant comme après la généralisation des ordinateurs portables ou des appareils numériques. Quand une trouvaille (ou simplement l’appétit…) m’incitait à le déranger, il lui fallait de longues secondes pour revenir à la surface. La plongée dans le temps l’emmenait en effet loin, très loin dans l’imaginaire, les recoupements et l’exégèse, dont il détenait seul les clés. Au travail colossal d’enquête s’ajoutait ensuite la maîtrise conceptuelle et historiographique, au service d’une écriture dense qui réunissait les dimensions savante et littéraire, la preuve et le sens dans toutes leurs nuances. Il suffit de se pencher sur ses textes pour deviner le temps passé à soupeser chaque mot, à relire et à corriger chaque phrase. Il souffrait d’en manquer pour terminer son œuvre, à la manière d’un ébéniste face à sa composition de bois. Elle est suffisamment impressionnante en l’état et donne surtout envie de poursuivre dans ses pas.

L’exigence donnée à ses rendus pourrait masquer, selon moi, une motivation première. Elle résiderait dans le plaisir de l’explorateur à remonter le temps, dans ce pouvoir – quasi démiurgique – à faire revivre les sociétés du passé. Or, celles qui l’intéressent ne sont jamais très éloignées de lui, ni dans le temps (il est né en 1943), ni dans l’espace une fois installé en Algérie (1969). Le captive jusqu’au bout la génération de ses aînés, acteurs ou passeurs d’histoire. Ils ont bercé son enfance, impressionné l’étudiant ou le coopérant. Célèbres ou anonymes, ils peuvent encore témoigner dans les années 1970-1980 et si, en Algérie, les Européens ont quitté massivement le pays, les paysages restent longtemps les mêmes malgré l’ampleur de la croissance urbaine. Je dirais que ces paroles, en ces lieux, facilitent chez Omar une forme de téléportation. D’autant plus que persistent un peu partout autour de lui, en ville comme à la campagne, des ambiances du monde d’avant, des manières d’être, de penser ou d’agir en société, auxquelles il est particulièrement attentif. Dans l’Algérie d’après-guerre où il évolue, l’atmosphère euphorisante d’un pays à construire ou à reconstruire est déjà tempérée par le coup d’État de 1965. Par ses liens avec l’opposition étudiante, le jeune enseignant Carlier prend des risques. Il conserve cependant une capacité à saisir les continuités par-delà les discours « révolutionnaires », d’où qu’ils viennent. Son regard critique se nourrit alors de tout ce qu’il voit, entend, ressent (même physiquement). Le discrédit qui frappe les sciences dites coloniales – l’anthropologie surtout, l’histoire aussi quand sa pratique vise à s’affranchir du nouveau pouvoir – ne le décourage pas. L’accès aux sources écrites devient certes plus difficile, mais le pays a plus que jamais besoin d’historiens et s’offre aux audacieux par des chemins de traverse.

Omar tâtonne et expérimente dans ce contexte. Il est introduit ou s’introduit sans permission, sillonne quartiers et villes, en Algérie comme dans les principaux foyers d’immigration en France. Son grand chantier reste l’implantation nationaliste algérienne des années 1930-1940, du sommet jusqu’à la base et inversement, à partir de lieux toujours bien visibles et vivants : le café, le hammam, le fondouk, le stade, la zaouïa… Les premiers dépouillements d’archives arment au préalable l’enquêteur, soucieux de ne rien rater d’important une fois sur place, d’affiner les questions à poser, de déterminer les sites ou les quartiers à privilégier. Ses observations et son sens inné du contact font le reste, quitte à corriger ses impressions initiales par des vérifications ultérieures, dans les écrits comme sur le terrain. Cette méthode empirique – que valident et consolident dans les années 1980-1990 des écoles historiennes plus sensibles à l’anthropologie – l’orientent tôt vers une histoire sociale et culturelle du politique. Il s’y sent à son aise car elle embrasse un quotidien fait d’espaces vécus, de rythmes et de sonorités, de conflits ou de solidarités, aux temporalités multiples. Elle est avant tout pour lui l’occasion de s’évader, au présent comme dans le passé, en pensée et par la découverte réelle et profonde du pays, autant qu’il lui est possible et tous sens déployés, avec un gros appétit !

J’en prends pleinement conscience en 2018 à Oran lors d’une « promenade » qui se transforme bientôt en randonnée sportive et commentée. Il est intarissable sur sa ville d’adoption, que cinquante ans de souvenirs et d’enquêtes lui font connaître intimement. Depuis le boulevard du front de mer, nous gagnons en quelques heures les premières pentes de Santa Cruz, via le marché permanent de la longue rue des Aurès, une plongée sur Ras El Aïn et la remontée (raide) vers l’ancienne Casbah. Son exposé des sociologies contrastées, passées et présentes, est un régal ; tout devient clair à mes yeux. Chemin faisant, il redonne chair à une foule de personnages, de groupes ou d’événements, insérés dans des ambiances et des paysages, dont il souligne les permanences comme l’ampleur des transformations. Ici pour un immeuble de rapport ou un garage automobile, là près d’un cinéma ou d’un quartier populaire aux parlers hispano-arabes, plus loin à l’approche d’une mosquée qu’il fait renaître de ses ruines. Un tableau extrêmement vivant défile alors sous nos yeux, passant allègrement d’une période à l’autre, donnant à voir et à comprendre les héritages. Je suis impressionné par son savoir, sa joie évidente à le partager, l’endurance physique qu’il entretient visiblement contre la maladie. Il fait nuit depuis longtemps quand nous décidons de rebrousser chemin, à regret… Il n’en demande pas moins au serveur, au terme d’un dîner fort animé, une musique appropriée pour quelques pas de danse !

Cette énergie joyeuse est particulièrement inspirante. Car, au-delà de la rigueur de ses enquêtes et de ses interprétations, elle révèle chez lui une générosité dans la transmission, un plaisir simple à partager. Lorsque je le sollicitais pour encadrer des journées doctorales à Aix-en-Provence ou à Oran, il était toujours partant et je savais pouvoir compter sur sa qualité d’écoute, ses conseils bienveillants prodigués à de jeunes chercheurs, de tout horizon ou formation. Ses reprises leur apportaient du grain à moudre, suggéraient des pistes pour lever ou contourner les obstacles rencontrés. J’apprenais moi-même beaucoup du vaste panorama qu’il réservait à chacun d’eux, agrémentant les références les plus pointues de recettes éprouvées sur le terrain, marquées du sceau du bon sens. La mécanique intellectuelle était puissante ; il n’avait plus besoin de ses notes pourtant accumulées au cours de l’exposé. Confiant dans son pilotage, Omar décollait… et plus rien ni personne ne pouvait l’arrêter. Il était ici et ailleurs, explorateur amoureux des sociétés du passé, visiblement radieux. Je garde de lui cette image en suspension, le sourire complice au coin des lèvres.

 

***

Pour Omar Carlier

Par Jean-Robert Henry et Françoise Lorcerie
(IREMAM, CNRS, Aix-en-Provence)

Omar Carlier était un ami de longue date. Nous l’avions initialement croisé dans les séminaires sur l’histoire de l’Algérie contemporaine que Jean-Claude Vatin organisait au début des années 1970 à la Faculté de Droit d’Alger avec l’aide de Claude Collot et le soutien d’Ahmed Mahiou, alors doyen de la Faculté. Celui qui se prénommait encore Jean-Louis était un jeune coopérant à l’université d’Oran. Il commençait à se passionner pour l’histoire du mouvement national algérien et de ses acteurs, petits ou grands. Cette passion prit un tour plus personnel quand il rencontra celle qui allait devenir son épouse, fille d’un militant algérien assassiné par l’armée française. L’accueil dans la famille d’un chahid détermina pour une bonne part la suite de sa vie et de ses engagements. Pour accomplir dans toute sa plénitude son ancrage dans la société algérienne, il choisit de se convertir à l’Islam[1] puis de demander la nationalité algérienne, sans cesser de porter un regard exigeant et innovant sur son champ de recherches historiques, dont il allait devenir une figure majeure. C’est à l’époque de cette conversion religieuse et sociétale d’Omar Carlier à l’Algérie que nous avons fait plus amplement connaissance avec lui et avec son parcours, en l’accueillant lors des séjours nombreux qu’il faisait à Aix-en-Provence pour travailler sur le fonds des Archives nationales d’outre-mer. A notre demande, il accepta d’exposer son itinéraire à deux reprises : dans un article remarquable et plusieurs fois remanié, publié en 2012 dans Le Temps de la coopération[2], puis dans un entretien que nous avions réalisé avec lui en février 2014. Ce second entretien s’inscrivait dans le cadre de la recherche collective sur l’Église d’Algérie après l’indépendance[3]. Nous reprenons ci-après des éléments de la synthèse de cet entretien que Omar avait validée. Elle livre un aspect de son insertion dans la société oranaise et plus largement en Algérie, et cela le conduit à évoquer des influences familiales et sa formation intellectuelle. Les extraits de ses propos figurent en italiques.

Arrivé comme coopérant à la Faculté de Droit d’Oran en février 1969, Jean-Louis Carlier rencontra assez rapidement des religieux impliqués dans les activités sociales et culturelles de l’Église d’Algérie, car les bibliothèques religieuses étaient alors à Oran une ressource documentaire précieuse. Pour préparer ses cours sur l’Algérie, il fréquenta assidument le Centre de documentation économique et sociale (CDES), ouvert aux étudiants algériens en 1963 à partir des ressources du Secrétariat social. Il était impressionné par le sérieux et la conscience professionnelle des animateurs du Centre (des Sœurs blanches au début). Des gens comme le jésuite Alain Feuvrier, par exemple, n’avaient pas de formation spécialisée en bibliothéconomie mais une solide formation intellectuelle qui les aidait dans leur tâche. Par la suite, Carlier noua des rapports d’amitié avec Géraud Geneste, jésuite venu du Maroc, qui allait être la cheville ouvrière de l’arabisation du CDES, avant de décéder prématurément. C’est une époque où le CDES jouait un rôle important dans le paysage des ressources documentaires oranaises : à côté d’une BU encore très pauvre, il complétait bien la bibliothèque du CDSH (développée par Abdelkader Djeghloul) et celle du CCF (malheureusement appauvrie par des « désherbages »). D’autres fonds riches et anciens (archives municipales, bibliothèque du musée, bibliothèque de la Société de géographie d’Oran…) n’étaient pas suffisamment mis en valeur, à l’exception des archives départementales que Fouad Soufi s’employait à faire revivre.

La relation d’Omar Carlier avec le CDES connut une inflexion positive avec l’ouverture (en 1991) dans l’ancienne église de l’abbé Bérenguer (rue Ben Mehidi) d’une annexe du CDES consacrée à l’histoire et la philosophie (CDES-Sophia). Ce fut une ressource très utile pour les historiens algériens, même si certains hésitaient à fréquenter une bibliothèque perçue comme française et religieuse.

Il y avait aussi dans la résidence de l’évêque la petite bibliothèque du Centre diocésain d’études. Le CDE était un lieu où se donnaient des conférences suivies régulièrement par des Algériens comme Redoune Rahal (proche du docteur Bensmain, qui avait beaucoup initié Omar à l’histoire de l’Algérie). Celui-ci y donna quelques conférences sur l’histoire d’Oran, en mettant à contribution pour partie une recherche menée par son épouse, elle-même bibliothécaire à l’Université d’Oran. Mais, ajoute Omar, les services rendus par l’Eglise postcoloniale à la société algérienne ne se limitaient pas au champ culturel. Il cite en exemple le dispensaire très fréquenté tenu par les Sœurs dans le complexe Saint-Eugène.

Omar Carlier, coll. personnelle
Omar Carlier, coll. personnelle

Il parle également lors de notre entretien de ses rencontres avec des chrétiens et du rôle qu’elles ont joué dans la construction de son propre itinéraire. Sans doute par prévention, il fréquentait peu le milieu catholique pied-noir au début de son séjour à Oran. Mais il a ensuite fait la connaissance de chrétiens engagés, en même temps que de militants communistes. Il noua environ deux ans avant la mort de Pierre Claverie une relation d’homme à homme et de respect mutuel avec lui. Claverie lui parlait librement, il ne cachait pas avoir été sensible aux thèses de l’Algérie française dans sa jeunesse avant d’évoluer par un long cheminement. Omar soulignait la profonde algérianité de Claverie. C’est un fils du pays qui assumait son histoire et qui savait à quel point elle pouvait être coupable. En même temps il considérait qu’il fallait se mettre au service de ce pays sans abandonner sa foi.

Omar rencontra aussi des jésuites : Henri Sanson, esprit solide avec une violence surmontée, et surtout le Père Duvignaud, qui faisait une recherche sur le monde rural. Avec ses interlocuteurs, souligne-t-il, il n’abordait pas la question de la religion chrétienne ni le débat entre « présence » ou prosélytisme. Mais il percevait chez Géraud Geneste une forte dimension intérieure liée à la foi derrière un caractère bon vivant. Omar a aussi été marqué par ses rencontres avec Jobic Kerlan, prêtre de la Mission de France à Souk Ahras, lui-même très lié à Mokhtar Badji (responsable du FLN dans la région au 1° novembre et rapidement mort au combat), ainsi qu’avec Louis Kergoat, ancien Petit Frère, devenu ermite dans le Dahra, très engagé pendant la guerre aux côtés des Algériens et du FLN, qui souffrait d’être un peu considéré par les siens comme un pestiféré.

Omar observe dans l’entretien que ses positions n’étaient pas étrangères aux contradictions héritées de ses origines familiales. Sa mère venait d’un milieu catholique traditionnel orienté à droite. Son père, non baptisé, venait, lui, d’un milieu déchristianisé du nord de la France, mais il ne s’était pas opposé au baptême et à l’instruction religieuse de ses enfants. Jean-Louis-Omar avait perdu la foi à 13 ans, mais avait conservé une image positive des religions et un intérêt pour le phénomène religieux, tout en rejetant le sectarisme et le cléricalisme. Il avait conservé en particulier une vision positive du Christ et du christianisme primitif. Il s’était engagé dans l’islam par amour pour sa femme et pour l’Algérie, et s’était, selon ses mots, mis en attente par rapport à cet engagement, sans que rien ne se passe. Mais ce n’était pas un pari pascalien.

Sur le plan politique, Omar affirmait avoir toujours eu une sensibilité à gauche, tout en refusant la violence et le dogmatisme. Libertaire, il n’avait pas été attiré par l’engagement dans un parti, mais acceptait l’engagement syndical. Sur certains points, il se sentait assez proche de Michel Rocard. Il était sensible à ce qu’il appelait son courage moral, affirmant : Depuis l’adolescence, j’ai du respect pour ceux qui sont capables d’aller quand il le faut contre les leurs.

Au cours de son parcours universitaire, il avait suivi à Sciences Po le séminaire de l’historien Raoul Girardet, dont il récusait les idées politiques, mais grâce auquel, rappelait-il, il avait découvert l’Ecole des Annales. Il avait été profondément marqué par la découverte de Jacques Berque, Charles-André Julien, Maxime Rodinson, Louis Massignon (qu’il n’a pas connu de son vivant mais sur lequel il a envisagé un temps de faire une recherche universitaire). Il avait fréquenté des personnes de la mouvance de Massignon, en particulier Jean-François Six qui l’orienta vers Lucienne Portier, représentante de Massignon à Alger et vers d’autres membres de la « sodalité » de Massignon. Mais cela resta sans suite.

Plus tard, son itinéraire de recherche sur l’Algérie fut marqué et influencé par la rencontre avec des universitaires et chercheurs chrétiens : Claude Collot, qu’il savait profondément croyant et à qui il disait devoir beaucoup, Jean Leca, Fanny Colonna. Il sympathisa aussi avec Claudine et Pierre Chaulet, qu’il trouvait parfois rigide dans ses opinions. Et il regrettait de n’avoir pas eu l’occasion de rencontrer Evelyne Lavalette et Hélène Vandevelde.

Les dernières années de sa vie – nous sortons ici de ses propos de 2014 –, alors que la maladie lui laissait un répit dont il ignorait la durée, il s’ingénia justement à ne pas partir en ayant des regrets de ce qu’il aurait dû faire. Il tenait à boucler ce qui devait l’être. C’est ainsi qu’il se décida à publier la partie de sa thèse restée inédite, comme Bouchène le lui demandait, avec une postface bien significative de sa posture méthodologique. Loin de se sculpter un personnage, il y revient sur quelques points en débat de l’histoire du nationalisme algérien.

***

Omar Carlier, ou l’exigence de l’érudition

Par Benjamin Stora
(Historien. Ancien professeur des universités)

J’ai vu Omar Carlier pour la dernière fois le 31 mai 2018 à Marseille au moment d’un colloque autour de mes travaux, dans le moment consacré à l’histoire du nationalisme algérien. A la tribune, il était comme d’habitude, attentif et patient, écoutant attentivement les autres intervenants, et parlant avec érudition, précision et beaucoup d’humour, du parcours des historiens confrontés à la difficile entreprise d’écriture de l’histoire algérienne.

J’ai vu Omar Carlier pour la première fois en 1982 dans un séminaire à Jussieu sur l’histoire de la colonisation. Il prenait beaucoup de notes en écoutant les discours, apprenant sans cesse des autres alors qu’il avait déjà accumulé une grande connaissance historienne en ouvrant le champ, en pionnier, sur les origines du nationalisme algérien. Il était en effet l’un des très rares historiens à avoir rencontré Messali Hadj avant son décès survenu en 1974. Il m’a alors donné un exemplaire de son mémoire soutenu en 1976 sur l’Étoile nord africaine, qui a été un outil précieux, une sorte de guide pour la suite de mes travaux.

On aura compris qu’entre ces deux moments, pendant près de quarante ans, Omar a été un compagnon intellectuel, un ami d’une qualité rare avec qui j’ai partagé tant de connaissances sur l’histoire de l’Algérie.

Il a lutté avec un grand courage contre la maladie qui l’a emporté le 22 octobre 2021. Je pense à lui souvent, ses articles et ses livres sont là, toujours à portée de main. Il ne me quitte pas.

***

[1] Un article de Omar Bessaoud, paru dans Le Quotidien d’Oran du 9 novembre 2021, évoque la rigueur de la démarche qu’il a alors entreprise.

[2] J-R. Henry, J-C. Vatin, S. Denis, F. Siino, Le temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb, Paris, Karthala-IREMAM, 2012. Omar Carlier considérait comme une suite de celui-ci l’article qu’il a publié dans le livre d’hommage qui lui a été offert. V.M. Corriou, M. Oualdi (dir.), Une histoire sociale et culturelle du politique en Algérie et au Maghreb. Études offertes à Omar Carlier, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018.

[3] L’Église et les chrétiens dans l’Algérie indépendante, dir. J-R. Henry et A. Moussaoui, Karthala, 2021.



Citer ce billet
La rédaction (2021, 1 décembre). Hommage à Omar Carlier. Les carnets de l'IREMAM. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qfbm