Entre migration et encerclement, une histoire sociale de Jisr al-Zarqa à l’ombre du conflit israélo-palestinien

Jisr al-Zarqa © Iris Seri-Hersch 2012

Mené dans le cadre d’un post-doctorat à l’IREMAM et au Moshe Dayan Center (Université de Tel-Aviv) soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, ce projet de recherche vise à écrire une histoire sociale de Jisr al-Zarqa, village arabe situé sur la côte israélienne entre Tel-Aviv et Haïfa, juste au nord de la ville juive de Caesarea. Il s’agit, à partir d’un cas d’étude spécifique, de montrer comment des dynamiques locales s’articulent à des processus régionaux et internationaux historiquement situés. Seront ainsi mises en évidence des trajectoires migratoires non encore documentées au sein des espaces impériaux ottomans et britanniques, reliant les vallées du Nil et du Jourdain à la plaine côtière de la Palestine au cours des derniers siècles. Rapporté dernièrement par un journaliste israélien (Rapoport 2010), un récit intrigant et lacunaire concernant le parcours socio-politique des fondateurs de Jisr al-Zarqa sera passé au crible de la critique historique. Un groupe de réfugiés –supposément d’origine servile- « soudanais » ou « africains » serait venu s’établir dans une région marécageuse de la Palestine ottomane. Oeuvrant au drainage des marécages pour le compte de la Palestine Jewish Colonization Association dans les années 1920 et 1930, ces migrants seraient devenus, par une ironie de l’histoire, des « pionniers arabes » du sionisme. Envisageant de tels itinéraires à la fois dans le temps « court » (chute de l’Empire ottoman et conflit arabo-sioniste en Palestine mandataire) et dans une perspective régionale plus longue (histoire des migrations vers la Palestine/Israël aux 19e et 20e siècles), cette recherche compte apporter un regard nouveau, historiquement informé, sur l’arrivée récente de migrants soudanais en Israël, déclenchée notamment par la crise du Darfour (Anteby-Yemini 2009).

La contribution du projet à une historiographie transnationale de cette région charnière entre Moyen-Orient et Afrique s’opérera à travers une approche qui rompt avec des pratiques historiennes et des positionnements épistémologiques bien établis. Outre une entreprise académique au sens classique du terme, le projet est pensé en termes de portée sociale et de mécanisme de communication interculturelle. En donnant la parole à des « oubliés » et à des « vaincus » de l’histoire (au sens de Picaudou 2006 : 8), il permettra aux habitants de Jisr al-Zarqa d’intégrer des parts de leur mémoire sociale dans une histoire en voie d’élaboration et, ainsi, de dépasser le rôle de figurants qu’ils remplissent actuellement au sens propre comme au sens figuré. Sous l’oeil de caméras avides de scènes de misère, ils font en effet partie d’un décor supposé reproduire fidèlement des camps de réfugiés de Gaza dans des films israéliens et étrangers tournés ces dernières années (Watad 2010 ; Rapoport 2010). Dans la vie réelle, ils subissent les effets combinés d’une marginalisation sociale, politique et économique (cf. ci-dessous). Le projet ambitionne donc de faciliter un processus d’empowerment social à travers la participation active des villageois à l’énonciation et à la mise par écrit de l’histoire de Jisr al-Zarqa.

Carte adaptée de Stendel Ori, The Arabs in Israel. Brighton, Sussex Academic Press, 1996, p. 1.

Placer le village au centre d’une enquête qui s’attache à intégrer la mémoire sociale des habitants à un savoir historique constitué sur la base de sources écrites externes, c’est aussi attirer l’attention des universitaires et des intellectuels (israéliens et autres) sur les difficultés socio-économiques actuelles du village en soulignant leur profondeur historique. Par une démarche inspirée de la recherche-action telle que pratiquée par différents historiens et anthropologues (Le Houérou 2004 ; Verdirame & Harrell-Bond 2005 ; Sabar 2008), le projet vise à relier la recherche en sciences humaines à la réalité sociale, ceci en collaborant avec des acteurs académiques et associatifs locaux (Jewish-Arab Center – University of Haïfa, Moshe Dayan Center for Middle Eastern and African Studies – Tel Aviv University, Workers Advice Center, Association for the Advancement of Civic Equality in Israel, Bridge to the Future). Alliant la réflexion à l’action sur le terrain, ces organismes s’intéressent essentiellement à la vie quotidienne des citoyens arabes d’Israël, et plus généralement aux relations entre la majorité juive et la minorité arabe du pays. Finalement, le projet a pour objectif de créer un espace de dialogue interculturel dans une région en conflit. En effet, les entretiens réalisés au cours de l’enquête constitueront autant de moments d’échange entre, d’une part, une historienne suisse, israélienne, francophone de confession juive et, d’autre part, des informateurs arabes/palestiniens israéliens, arabophones de confession musulmane1. Loin de réduire les participants (chercheuse et informateurs) à des catégories d’appartenance rigides, il s’agira de tenir compte des identités et identifications qui façonnent, en conjonction avec une multitude de facteurs (histoire familiale, vécu personnel, sensibilité individuelle, choix politiques), les conceptions du monde et les systèmes de valeurs interpellés par et agissant sur la recherche. Il est attendu de telles rencontres qu’elles suscitent, de part et d’autre, un processus de questionnement eut égard aux représentations que chacun a de soi et des autres, dans le contexte chargé du conflit israélo-palestinien.

 

Problématique

“Our historical background is not easy.”

Cette phrase, prononcée en novembre 2008 par le président de la municipalité de Jisr al-Zarqa pour « expliquer » la pauvreté des habitants de son village à un journaliste israélien, a de quoi éveiller la curiosité de l’historien. Lâchée nonchalamment dans une conversation au sujet des élections locales (Levy 2008), réitérée l’an suivant par un résident responsable de visites « touristiques » au village (Khoury 2009), elle ouvre d’intéressantes perspectives de recherche.
Notre étude se concentre sur une problématique pluridimensionnelle, appréhendant les habitants de Jisr al-Zarqa à la fois comme objets et sujets d’histoire : comment le village se constitua-t-il historiquement et quelle fut sa place dans l’histoire du conflit israélo-arabe, de la fin du 19e siècle à nos jours ? Quels rapports ses habitants actuels entretiennent-ils avec le passé, de quelle(s) façon(s) retracent-ils les origines du village, et quels pans de la mémoire sociale de leur communauté mobilisent-ils pour interpréter leur situation présente ? Comment les villageois sont-ils perçus par les habitants de localités juives et arabes avoisinantes ? Enfin, le cas des habitants de Jisr al-Zarqa correspond-il à un modèle de « minorité au sein d’une minorité » ? Les dynamiques d’identification et les potentialités d’action de ce groupe peuvent-elles être analysées à l’aide d’un modèle applicable à d’autres contextes historiquement situés ?

 

Hypothèses

Sur la base de bribes d’informations contenues dans des articles de presse récents et de rares travaux académiques, deux hypothèses préliminaires peuvent être formulées.

1 – Origines des habitants
Les résidents actuels de Jisr al-Zarqa sont issus d’un regroupement de populations de différentes origines :
• Population installée dans la région avant la conquête ottomane de la Palestine (1516)
• Migrants arrivés avec la conquête ottomane
• Tribus nomades ayant quitté les vallées du Nil et du Jourdain à l’époque ottomane ou mandataire

2 – Le poids d’une marginalité multiple
Une combinaison de facteurs historiques, politiques et idéologiques sous-tend une situation qu’il conviendrait de qualifier de «marginalité multiple» (expression empruntée à Mazrui 1971). Les habitants de Jisr al-Zarqa semblent aujourd’hui marginalisés à plusieurs égards :
• En tant que population musulmane arabophone au sein de la société israélienne, majoritairement juive et hébréophone
• En tant que population stigmatisée au sein de la société palestinienne du fait de ses origines –réelles ou imaginées- «africaines», «soudanaises», serviles ou ancrées dans des zones marécageuses
• En tant que population suspectée d’avoir noué des liens trop étroits avec les colons sionistes au temps du mandat britannique, jouissant du privilège d’avoir été épargnée par les destructions israéliennes de 1948
• En tant que population dont l’expansion démographique rapide aggrave son état d’assiègement géographique : circonscrite par la mer à l’ouest, le kibboutz Maʿagan Michaʾel au nord, la réserve naturelle de Ramat ha-Nadiv au nord-est, l’autoroute à l’est (à laquelle Jisr al-Zarqa n’est pas relié), et un remblai de terre séparant Jisr al-Zarqa de Caesarea au sud

Puisant leurs racines dans le passé proche comme dans l’histoire plus lointaine, ces différentes strates de marginalité concourent à faire de l’actuelle Jisr al-Zarqa une communauté durement affectée par le chômage, la criminalité, et la frustration sociale, manquant de services publics de qualité.

 

Approche et méthodes

A l’intersection de l’histoire sociale et politique, des migrations studies, et des études de dynamiques intergroupes et intragroupes en contexte multiculturel, le projet s’appuie sur les méthodes de la critique historique et de l’histoire orale. La recherche vise à intégrer une histoire par le bas à une histoire d’en haut par un travail de confrontation entre, d’une part, la mémoire sociale des sujets concernés -habitants de Jisr al-Zarqa et des localités avoisinantes, et, d’autre part, les traces laissées dans des documents écrits, produits par des instances officielles.

Un second aspect de cette démarche « intégrative » a trait à la notion de jeux d’échelles (Revel 2006). Dès lors que toute action humaine implique des pratiques et des représentations situées aux niveaux micro et macro de l’existence sociale, il est épistémologiquement fécond de construire son objet de recherche en variant les angles d’approche. Dans le cadre de ce projet, il s’agira de croiser des micro-enquêtes (étude de trajectoires individuelles à l’échelle d’un village) à des macro-analyses. Ce type de croisement permet de montrer de quelles façons les acteurs sociaux sont à la fois objets, sujets et producteurs d’histoire. Leurs itinéraires spécifiques seront mis en relations avec des processus géopolitiques, économiques et idéologiques d’ordre régional et international, étroitement liés à l’histoire du conflit israélo-palestinien.

1 Bien que ceux que l’on nomme alternativement « Arabes Israéliens », « Arabes d’Israël » ou « Palestiniens d’Israël » représentent environ 20% de la population totale du pays, les populations juives et arabes ont peu de contacts directs les unes avec les autres, vivant dans des localités séparées ou se côtoyant sans se connaître dans les villes « mixtes » de Jérusalem, Haïfa, Jaffa, Acre, Lod et Ramle.

 

Références

Anteby-Yemini, Lisa. “Les ‘réfugiés soudanais’ en Israël: discours, représentations, mobilisations”, Maghreb-Mashrek, No. 199, 2009, p. 71-83.

Khoury, Jackie. “Ha-Israʾelim ha-Sveʿim Havu Helem be-Jisr al-Zarqa“ (“Replete Israelis Were Shocked in Jisr al-Zarqa”), Haaretz Online, 21 septembre 2009, http://www.haaretz.co.il/hasite/spages/1115861.html (25 septembre 2009)

Le Houérou, Fabienne. Migrants forcés éthiopiens et érythréens en Égypte et au Soudan: Passagers d’un monde à l’autre. Paris: L’Harmattan, 2004.

Levy, Gideon. “Poor Showing”, Haaretz Online, 20 novembre 2008, http://www.haaretz.co.il/hasite/spages/1039327.html (13 juillet 2010)

Mazrui, Ali. “The Multiple Marginality of the Sudan”, in Hasan, Yusuf F. (éd.). Sudan in Africa. Khartoum: Khartoum University Press, 1971, p. 240-255.

Picaudou, Nadine (éd.). Territoires palestiniens de mémoire. Paris: Kharthala et Beyrouth: IFPO, 2006.

Rapoport, Meron. “Kakh Hafkhu Meyabshei ha-Bitsot ha-Falestinim mi-Jisr al-Zarqa le-Qots be-Libo shel ha-Ezor ha-Yuqrati Beyoter ba-Sharon” (“This is How the Palestinian Swamp Drainers from Jisr al-Zarqa Became a Thorn in the Heart of the Most Prestigious Zone of the Sharon Area”), Haaretz Online, 5 juin 2010, http://www.haaretz.co.il/hasite/spages/1172145.html (26 juillet 2010)

Revel, Jacques. “Micro-analyse et construction du social”, in Un parcours critique: douze exercices d’histoire sociale. Paris: Galaade Editions, 2006, p. 56-85.

Sabar, Galia. Lo Banu Lehishaʾer: Mehagrei ʿAvoda me-Afriqa le-Israʾel ube-Ḥazara (We Did Not Come to Stay: Migrant Workers from Africa to Israel and Back). Tel Aviv: Tel Aviv University Press, 2008.

Verdirame, Guglielmo et Barbara E. Harrell-Bond. Rights in Exile: Janus-Faced Humanitarianism. New York: Berghahn Books, 2005.

Watad, Muḥammad Muḥsin. “Uḥtuḍinat Filmayn ʿan Ghazza al-Muḥāṣara: Jisr al-Zarqāʾ Hollywood Filasṭīn” (“Two Films on Besieged Gaza: Jisr al-Zarqa is the Palestinian Hollywood”), Al-Jazeera.net, 10 mai 2010, http://www.aljazeera.net/news/pages/f70208c9-9707-41a5-aa99-13d91ea47717 (16 octobre 2012)

 

Pour citer ce billet : Seri-Hersch Iris, « Entre migration et encerclement, une histoire sociale de Jisr al-Zarqa à l’ombre du conflit israélo-palestinien », Carnets de l’IREMAM, 25 octobre 2012. [En ligne] http://iremam.hypotheses.org/759 (date de consultation)

 


Iris Seri-Hersch

Iris Seri-Hersch est Maître de conférences en histoire contemporaine du monde arabe au Département d’études moyen-orientales, Aix-Marseille Université et chercheuse à l’IREMAM à Aix-en-Provence, France. Ses travaux portent sur l’histoire contemporaine du Soudan et de l’espace israélo-palestinien. Elle s’intéresse aux problématiques coloniales et impériales, aux questions éducatives, aux pratiques historiographiques, aux mémoires sociales et aux processus d’appropriation spatiale sur ces terrains en conflit.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *