Tous les articles par Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

Les ressorts politiques de la mobilisation jihadiste en Europe

Entretien de Sari HANAFI* avec François BURGAT (IREMAM ERC-WAFAW)

***

SH : Quels sont le profil et les motivations des Européens qui rejoignent l’Organisation de l’État Islamique (OEI) ?

FB : Les statistiques disponibles étant encore partielles, et compte tenu de la difficulté présente pour la majorité des chercheurs à accéder au terrain, je préfère donner à mes réponses le statut d’hypothèses, fondées sur des déductions et des recoupements prudents, plus que sur des certitudes quantitatives absolues[1]. S’agissant des Européens qui gagnent la Syrie, ou en particulier des Français (qui, semble-t-il, viendraient plus spécialement du sud de la France[2]) la majorité d’entre eux sont d’ascendance maghrébine. Une minorité (20 %), à laquelle la littérature médiatique dominante a souvent donné une importance disproportionnée[3], est constituée de Français Continuer la lecture de Les ressorts politiques de la mobilisation jihadiste en Europe

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website

Gauches-islamistes en Algérie : Entretien avec Mourad Dhina, ex-dirigeant du Front Islamique de Salut

En complément de leur participation au colloque « Gauches-Islamistes : pourquoi tant de haine ? Historicité et actualité, défis et réponses à la fracture idéologique des oppositions arabes » (5, 6 et 7 mai 2015 à Aix-en-Provence), les participants – acteurs politiques, membres ou ex-membres de formations islamistes et non islamistes – ont répondu aux questions de François Burgat et d’Abou Bakr Jamaï sur la problématique spécifique de leurs relations avec leurs concurrents dans le contexte de leurs engagements intellectuels et militants respectifs.

Mourad Dhina
Mourad Dhina

Agé de 54 ans, titulaire d’un PhD en physique des particules du MIT, collaborateur de l’Institut fédéral suisse de technologie et de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire, Mourad Dhina est directeur exécutif d’Alkarama, une Fondation suisse de défense des droits de l’homme travaillant sur le monde arabe, et membre fondateur (2007) du mouvement algérien d’opposition Rachad. Entré dans l’opposition au lendemain du coup d’État de janvier 1992, Continuer la lecture de Gauches-islamistes en Algérie : Entretien avec Mourad Dhina, ex-dirigeant du Front Islamique de Salut

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website

De Ghannouchi à Baghdadi.‎ Le printemps an IV, entre contre-révolution et confessionnalisation

– par François BURGAT, CNRS IREMAM ERC WAFAW

En avril 2015, quatre années après le début du « printemps arabe », le paysage régional incite ses analystes à une modestie… raisonnée. Aucune des grandes transformations à l’œuvre aujourd’hui n’était totalement absente du spectre des premières prévisions : ni la puissante dynamique contre révolutionnaire d’abord, ni les louvoiements stratégiques et éthiques des Occidentaux, dans le choix de leurs partenaires, égyptiens ou syriens notamment[1]. Ces quatre années ont vu s’affirmer spectaculairement la capacité de « l’Islam politique » à franchir à nouveau avec succès, le seuil, tunisien cette fois, de la démocratie et, à l’opposé, se dresser la puissante lame de fond jihadiste. Contrairement à une représentation largement répandue, les débordements de violence extrémiste ne peuvent aucunement être expliqués par la seule poussée de ce radicalisme religieux. Toutes les formes de torture [2], des assassinats de masse sur une base sectaire aux viols systématiques, la famine programmée, ou l’usage d’armes de destruction massive contre des civils, ont bel et bien été le fait d’un État, et exercées au nom de « la légalité » aussi bien que de la défense, « des minorités » ou même « de la laïcité ». Continuer la lecture de De Ghannouchi à Baghdadi.‎ Le printemps an IV, entre contre-révolution et confessionnalisation

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website

Le Yémen en 2014 : le fédéralisme… contre les motos et les drones ?

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM

« Partout dans le monde arabe, les disciples de Hassan al-Banna ont cherché à réaffirmer
la présence de l’Islam dans les constitutions.
Au Yémen, à l’opposé, ce sont eux qui ont contribué à introduire
la constitution dans l’islam »[1]

Émergeant de la vieille ville de Sanaa, la mosquée du président Ali Abdallah Saleh : un président sortant qui est néanmoins demeuré solidement accroché dans le paysage politique © F. Burgat, 2014.
Émergeant de la vieille ville de Sanaa, la mosquée du président Ali Abdallah Saleh : un président sortant demeuré néanmoins solidement accroché dans le paysage politique
© F. Burgat, 2014

Pas plus qu’ailleurs, la « jeunesse révolutionnaire » yéménite, à l’avant scène du lancement de la révolte populaire, n’a été capable d’en contrôler le cours et d’en retirer les fruits politiques. Plus encore qu’ailleurs elle a été largement soutenue d’abord mais surtout dépassée ensuite par les formations préexistantes de l’opposition. « On a compris que nous avions perdu la main en réalisant que la principale estrade dressée sur la place du changement était gérée par l’Islah, qui a controlé ainsi l’agenda des principales animations » témoigne en ce sens Ibtissam al-Muttawakil, enseignante de littérature et poétesse réputée.

Continuer la lecture de Le Yémen en 2014 : le fédéralisme… contre les motos et les drones ?

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website

La Libye en 2014 : du long « one man show » de Qadhafi, aux premiers pas de la société plurielle

ERC WAFAW – CNRS, IREMAM

"Éducation, justice, hygiène, équipement : les rêves  "ambitieux"  de la révolution libyenne" © F. Burgat, 2014
« Éducation, justice, hygiène, équipement : les rêves « ambitieux » de la révolution libyenne » © F. Burgat, 2014

« Le pouvoir au peuple », « Le peuple en armes » … « Des comités populaires partout »… Il est difficile de ne pas adopter la boutade qui circule à Tripoli trois ans après le soulèvement du 17 février 2011. L’utopique démocratie directe prônée par Qadhafi dans son petit Livre Vert serait-elle devenue réalité ? Si tel est le cas, cela n’a rien à voir avec les efforts de celui que sur la rive nord de la Méditerranée on avait un temps nommé « le bouillant colonel ». Mais tout, au contraire, avec son élimination physique sanglante sous les coups des milices révolutionnaires. C’est la levée du verrou que constituait en fait l’absolutisme du « Guide de la révolution » qui semble avoir fait entrer dans les faits la logorrhée démocratique derrière laquelle, pendant 42 ans, il avait masqué son pouvoir très personnel. Partout en Libye, les revendications politiques, si longtemps impossibles, se sont spectaculairement multipliées. Les nouvelles autorités, dûment élues, peinent à satisfaire le flot de demandes multiformes, au point qu’ici et là, les postures de défiance des nostalgiques de l’ordre qadhafien commencent à s’afficher. « Qadhafi, les Libyens en avaient peur et tout le monde obéissait. C’était un homme fort ! Moi Qadhafi, je l’aime ! Les Libyens, je pense qu’ils rêvent d’avoir quatre Qadhafi ! » ou encore « Les Tunisiens ont une armée ou une police, les Égyptiens en ont autant. Nous, on a rien ! Les policiers de Qadhafi, on s’en est débarrassé ! Mais il nous faut un État, il nous faut une police ».

Continuer la lecture de La Libye en 2014 : du long « one man show » de Qadhafi, aux premiers pas de la société plurielle

Francois Burgat

En savoir plus sur François Burgat, CNRS IREMAM - ERC WAFAW

More Posts - Website